LE FIL

Changement climatique

Les vignes languedociennes donnent les premiers signes de leurs réveils

Mardi 14 janvier 2020 par Michèle Trévoux

Bourgeon de Pinot Noir qui gonfle chez José Garcia à Tourouzelle.
Bourgeon de Pinot Noir qui gonfle chez José Garcia à Tourouzelle. - crédit photo : José Garcia
Suite à un mois de décembre particulièrement doux en Languedoc, certains signes de précocité sont observés au vignoble. Ce réveil hâtif de la végétation s'est déjà produit sur les cinq dernières années.

Des vignes qui pleurent, des bourgeons qui commencent à gonfler… En ce début janvier, les premiers signes d’un démarrage précoce de la végétation apparaissent dans le vignoble languedocien. Viticulteur à Bessan, Morgan Vieu a été surpris de voir ses chardonnay pleurer après la taille : « C’est la première fois que je vois ça. Cette montée de sève n’est pas surprenante car les températures sont très douces pour la saison. Le risque, c’est un coup de gel plus tard dans la saison ». Viticulteur à Tourouzelle dans l’Aude, José Garcia est inquiet : « La nature commence à se réveiller. Les frênes sont déjà en feuille, ce qui démontre une précocité exceptionnelle. Habituellement, ils ne sont verts qu’à partir de mi-février. Sur certains cépages précoces comme le Pinot Noir, les bourgeons commencent à enfler. On sent bien que la vigne se réveille. Si le froid arrive, le processus sera ralenti mais la vigne ne se rendormira pas. Les risques de gel sont accrus puisqu’on peut avoir des gelées jusqu’au 10 mai », souligne-t-il.

En 2017, des sorties de feuilles

Jacques Rousseau de l’ICV relativise : « Dans certains secteurs bien exposés, on commence à voir des bourgeons qui gonflent. C’est un phénomène qui n’est plus exceptionnel ces dernières années. Depuis 5 à 6 ans, ces indicateurs de précocité sont assez fréquents. En 2017, on avait même observé la sortie de quelques feuilles dès début janvier ».

Prévenir le gel

Pour minimiser les risques de gel, Jacques Rouseau recommande, dans les secteurs gélifs, de laisser quelques baguettes qui seront taillées en avril pour se garder des bourgeons en réserve au cas où certains seraient détruits par le froid. Pour retarder les maturités, il est possible de tailler après le débourrement quand la vigne est au stade 3 à 4 feuilles. « « En taillant 15 jours après le débourrement, on arrive à retarder la maturité d’une semaine environ. Mais, il vaut mieux limiter cette pratique aux vignes les plus vigoureuses, car il faudra plus d’énergie à la plante pour repartir qu’avec une taille plus précoce », conseille-t-il.

 

Douceur exceptionnelle

Ce début d’hiver a été particulièrement doux dans la région. A Montpellier par exemple, la température moyenne sur le mois de décembre relevé à la station de Fréjorgue s’élève à 14,5 °C, en hausse de 2,3 °C par rapport à la moyenne 1981-2010. La température maximale a plusieurs fois dépassé les 18°C, culminant à 18,9 °C le 24 décembre.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé