LE FIL

Décès

Le Beaujolais perd son infatigable ambassadeur, Georges Duboeuf

Lundi 06 janvier 2020 par Juliette Cassagnes

Georges Duboeuf était reconnu pour ses qualités de fin dégustateur, connaisseur des terroirs et de chef d'entreprise visionnaire
Georges Duboeuf était reconnu pour ses qualités de fin dégustateur, connaisseur des terroirs et de chef d'entreprise visionnaire - crédit photo : InterBeaujolais
Avec la disparition de Georges Duboeuf ce samedi 4 janvier 2020, largement relayée dans la presse nationale et internationale, le Beaujolais perd une grande figure du Beaujolais. Retour sur ses faits d'armes.

Qui n'a jamais entendu parler des vins du Beaujolais Georges Duboeuf ? En quelques décennies, cet homme à l'esprit pionnier a réussi à imposer ses vins et son nom à travers le monde. L'histoire débute dans les années 1950. Les tensions de la guerre, et la reconstruction de l’après-guerre ont laissé dans ces années là la France dans un état de faiblesse générale et tous les vignobles de France avec. Il débute sa carrière en visitant les restaurateurs du sud de la Bourgogne, de Bresse, du Lyonnais pour leur proposer les vins issus du domaine familial : Georges part à la rencontre de grands restaurateurs comme Gaston Brazier, Paul Blanc, Paul Bocuse, Jean et Pierre Troisgros ou encore les frères Haeberlin sur sa bicyclette. Ces vins trouvent ainsi leur place dans ces établissements prestigieux.

Ayant bricolé une chaîne d'embouteillage, il sillonnait les villages du Beaujolais et du Mâconnais, en allant de vignerons en vignerons, de cave en cave, réussissant à convaincre des vignerons de travailler régulièrement avec lui. Il initie ainsi un nouveau métier : « la mise en bouteilles à la propriété ». Il crée parallèllement un groupement de producteurs, « L’Ecrin Mâconnais-Beaujolais » qui rassemble une quarantaine de vignerons de toutes les appellations de la région. 

La naissance des vins Georges Duboeuf

Au milieu des années 1960, Georges Duboeuf change de dimension avec la création de sa propre structure, les "Vins Georges Duboeuf", maison de négoce basée à Romanèche-Thorins. Pour faire connaître ses vins, il parcout le monde et devient de fait un véritable ambassadeur des vins du Beaujolais et du célèbre vin primeur. C’est le début d’une aventure à l’échelle mondiale qui se confirme dans les années 80, en Amérique du Nord, en Australie puis au Japon, et qui connaît son apogée dans les années 90, phénomène marketing mondial auquel Georges Duboeuf aura donc largement contribué. « Il a été un catalyseur, emmenant avec lui d’autres négociants et d’autres vignerons, et le Beaujolais a été ainsi le premier vignoble de France à refaire la Une des journaux et télévisions, en France et dans le monde », écrit Dominique Piron, président d'InterBeaujolais, dans l'hommage qu'il lui rend.

En 1993, il ouvre le premier parc dédié à la vigne et au vin : le « Hameau du vin », qui retrace l'histoire de la vigne et du vin à travers une collection d'objets et d'animations. A la fin des années 2000, il laisse les mains de son entreprise à son fils Franck, qui en a repris la direction depuis 2018.

Georges Duboeuf, surnommé le "pape du Beaujolais", s'est éteint à l'âge de 87 ans, à la suite d'un accident cérébral, à son domicile à Romanèche-Thorins (71). Les hommages saluant sa mémoire sont nombreux, dont celui de Dominique Piron, président d'InterBeaujolais, « au nom de tous les vignerons et négociants »; il évoque un personnage qui « restera inscrit dans l’histoire du Beaujolais »; ou encore celui de Bernard Pivot, son ami de longue date : « Est-ce un hasard si ce négociant mondialement connu a attendu pour partir les premiers jours de deux mille vins? », interroge t-il sur son compte Twitter.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé