Accueil / Commerce/Gestion / CVG s'appuie sur ses atouts pour lancer un sauvignon à 10,5%

Vins allégés en alcool
CVG s'appuie sur ses atouts pour lancer un sauvignon à 10,5%

S'inspirant de l'expérience pionnière et aboutie de leurs homologues néo-zélandais, Caves et Vignobles du Gers ont lancé un sauvignon blanc allégé en alcool à l'occasion de la World Bulk Wine Exhibition à Amsterdam. Et les premiers résultats sont particulièrement prometteurs.
Par Sharon Nagel Le 12 décembre 2019
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
CVG s'appuie sur ses atouts pour lancer un sauvignon à 10,5%
Pour Xavier Lopez et Eric Lanxade « il faudrait davantage d’innovation dans la filière vin » - crédit photo : Sharon Nagel
l

« Nous voulons aller vers un univers où on parle de valeur ajoutée et non de prix », pose, d’emblée Xavier Lopez, responsable process auprès de CVG. « Nous cherchons donc à coller au plus près des fortes tendances actuelles sur le marché, à savoir la digestibilité des vins et le bien-être ». Un voyage en Nouvelle-Zélande effectué en début d’année a fini de convaincre Eric Lanxade, directeur commercial du groupement, séduit par la manière dont le secteur néo-zélandais parvient à réduire d’environ 3 ou 4 points la teneur en alcool de ses sauvignons blancs, par des moyens naturels. « On a un terroir qui s’y prête, avec des degrés naturellement bas, des maturités aromatiques et une acidité contenue », précise-t-il, rapprochant le profil organoleptique obtenu du style néo-zélandais. Lors de la récolte 2019, dix hectares ont été identifiés comme propices au développement de vins titrant 10% et les méthodes de vinification ont été adaptées en conséquence. Au final, les vins titreront 10,5% mais cette teneur devrait diminuer au fur et à mesure que les outils s’affinent. « Nous avons collaboré avec la société Nyseos à Montpellier pour mettre en place une base de données et des paramètres clés pour comprendre le mécanisme de la synthèse des arômes et aller chercher les raisins correspondants », explique Xavier Lopez. CVG a également eu recours à sa propre base de données, particulièrement bien fournie grâce à des années de recherche pour identifier la meilleure vocation possible de chaque parcelle.

100 hectares en 2020

Pour 2020, CVG va s’appuyer sur les capteurs développés par Nyseos pour « idéalement mesurer les critères recherchés sur le raisin », précise Xavier Lopez. Un premier tri des parcelles sera effectué, puis affiné à partir du 15 août, l’objectif étant de développer fortement les surfaces concernées pour atteindre 100 hectares dès l’an prochain. « Le contexte est difficile », reconnaît Eric Lanxade. « Il est compliqué de demander toujours plus aux vignerons mais cela donne aussi un sens à leur travail et met en valeur le terroir gascon ». La valorisation doit se faire aussi par le prix, fixé à 180 euros l’hectolitre, « pour tenir compte de tout le travail de recherche et développement nécessaire ». Reste à trouver des clients pour un produit – 100% sauvignon – qui reste « un OVNI dans le monde du vin ! » Durant la WBWE, le directeur commercial estimait à 20% de la clientèle existante les acteurs susceptibles d’accompagner le groupement avec ce produit, baptisé « New 7 ». Tout en reconnaissant que tout restait à faire : « Nous ne savons pas comment le marché sera fait encore. Il faut créer la rencontre avec le client, le laisser imaginer son univers ». Instagram et les autres réseaux sociaux feront obligatoirement partie des outils marketing car il faut sortir des codes classiques du vin pour « se rapprocher de ceux des bières artisanales », estime Eric Lanxade, pour qui « on ne peut avancer que par l’innovation ». Et lorsqu’on sait que les vins allégés en alcool représentent désormais 7 % de l’ensemble des ventes de sauvignon blanc en Nouvelle-Zélande, on aurait tendance à partager son point de vue.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé