Accueil / Commerce/Gestion / ASC Fine Wines garde le cap en Chine

Ralentissement économique
ASC Fine Wines garde le cap en Chine

Principal importateur chinois de vins, ASC Fine Wines, affirme son engagement à long terme en faveur du marché chinois. Cela, alors que l'entreprise navigue avec prudence sur un marché qui tourne au ralenti.
Par Natalie Wang, Vinojoy Le 14 novembre 2019
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
ASC Fine Wines garde le cap en Chine
Simon Wang, chef de l'exploitation d’ASC : « Nous abordons la Chine avec une vision à long terme. Nous ne sacrifions pas l'avenir sur l’autel du profit immédiat » - crédit photo : DR
l

« Malgré un contexte très difficile l'an dernier, nous avons réalisé un chiffre d'affaires de 1 milliard de RMB (142,6 millions de dollars US) », a déclaré Simon Wang, chef de l'exploitation d’ASC, lors d'une entrevue à l’occasion de la dégustation de la gamme d’ASC à Hong Kong. Et d’ajouter que le chiffre d'affaires semestriel de l’entreprise a également augmenté de 5-6% d'une année sur l'autre. Si l’on exclut les opérateurs logistiques et les importateurs de spiritueux, ASC s’impose ainsi comme le plus grand importateur de vin en valeur en Chine.

Perte de Légende et Saga

Alors que plus de 2 000 importateurs de vins conditionnés ont fait faillite au cours des cinq premiers mois de l'année, tous les regards sont tournés vers les principaux acteurs chinois comme ASC Fine Wines pour mesurer l'intérêt que suscite le marché et les perspectives de croissance. D’autant qu’au premier trimestre de cette année, ASC a perdu les deux marques à fort volume de la gamme DBR Lafite, à savoir Légende et Saga. Ces deux Bordeaux génériques ont connu un grand succès sur le marché chinois en raison de leurs liens avec la marque Lafite.Selon les rumeurs, ces deux marques représenteraient environ 20 % des ventes de vin d’ASC.

Interrogé sur l’impact de ces départs, Simon Wang a affirmé que la « scission » n'a pas entamé ses ventes de vin. « Nos résultats financiers du troisième trimestre correspondent à notre budget et nous avons légèrement dépassé ceux de l'an dernier à pareille époque » a-t-il déclaré sans donner plus de précisions. Même si Légende et Saga ont quitté le portefeuille d’ASC, l’entreprise distribue toujours la marque chilienne Los Vascos et le Domaine d'Aussières en Languedoc, deux structures appartenant à DBR Lafite avec des vignobles en propre selon ce dernier. Simon Wang a également réfuté l’hypothèse selon laquelle cette séparation était soudaine, affirmant au contraire qu'elle a été bien réfléchie : « cette séparation n'est pas sortie de nulle part, ce n’est pas comme si quelqu'un avait coupé court à la relation de but en blanc ».

Intérêt mesuré pour les Primeurs

Dans le même temps, la plus grande prudence manifestée par les consommateurs en termes de dépenses s’est traduite cette année par un enthousiasme moindre vis-à-vis de la campagne des Bordeaux En Primeur. « Cette année, les gens ne se sont pas bousculés au portillon. Ils ne disaient pas nécessairement que le millésime était mauvais, mais en ce moment ils sont un peu sceptiques, donc la réponse mitigée correspond au moral des consommateurs », explique-t-il. « C'est un bon millésime, mais est-ce le bon moment pour débourser de l'argent ? Pour bon nombre de maisons comme la nôtre, [tout est question] de gestion de trésorerie. Vous payez tout de suite et vous devez ensuite gérer la trésorerie », poursuit-il, avant d’ajouter que, suite au départ de Richard Li, c’est désormais Yoshihihiko Shibuya, PDG de l'entreprise, qui est directement chargé des grands vins et de la campagne En Primeur.

Effet de la crise politique à HongKong

De l'autre côté de la frontière, à Hong Kong, ASC s'adapte également aux évolutions du marché. Selon un article du « South China Morning Post », les entreprises hongkongaises opérant dans le secteur de l’agroalimentaire et des boissons ont enregistré au cours du troisième trimestre de cette année la plus forte baisse de leurs ventes depuis l'épidémie de SRAS en 2003.

« Les conséquences des protestations à Hong Kong sont « particulièrement graves pour le secteur CHR », explique M. Wang. Par conséquent, les ventes dans le secteur CHR ont chuté de 30 à 40 % cet été, révèle Simon Wang. Avant d’ajouter rapidement : « Nous pensons que c'est l'occasion pour nous de démontrer notre engagement vis-à-vis du marché, et le bon moment pour montrer aux clients quels en sont les vrais acteurs. Fort de son histoire centenaire, Suntory n’envisage pas l’avenir à court terme. Nous sommes là pour la durée »,

Quant à l'avenir justement, Simon Wang précise qu’ASC s'efforcera de devenir plus souple afin d’être plus réactif face aux évolutions du marché. Il affirme que la société n'est pas pressée de réaliser des profits à court terme. « Nous abordons la Chine avec une vision à long terme. Nous ne sacrifions pas l'avenir sur l’autel du profit immédiat », a-t-il déclaré.

 

 

Partage Twitter facebook linkedin
CONTENUS PARTENAIRES
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé