LE FIL

Sud-Est

Coups de chaud, manque d'eau, les conseils à la vigne

Mercredi 10 juillet 2019 par Juliette Cassagnes

L'apport d'eau reste la meilleure solution pour lutter contre la sécheresse et la canicule...
L'apport d'eau reste la meilleure solution pour lutter contre la sécheresse et la canicule... - crédit photo : J Cassagnes
Dans la perspective de deux mois d'été qui s'annoncent chauds, secs, et ensoleillés, quelles solutions mettre en place afin que les vignes du sud de la France ne souffrent pas trop, lorsqu'on n'a pas la possibilité d'irriguer ?

« Il n'y a malheureusement pas trop de solutions miracle », répond Olivier Jacquet, conseiller Chambre d'agriculture de Vaucluse. Celui-ci émet tout de même quelques recommandations qui peuvent permettre de limiter un peu les dégâts éventuels.

La première concerne la destruction de l'herbe en cas d'enherbement des rangs, par un travail mécanique, si ce n'est pas déjà fait. Un sol qu'il faut continuer d'entretenir régulièrement, en moyenne une fois par mois. L'objectif : éviter une concurrence hydrique entre l'herbe et les adventices et la vigne, surtout si une pluie venait à tomber.

L'idée de passer un outil pour coucher les herbes en vue de former un couvert végétal type mulch n'est pas efficace pour gérer la contrainte hydrique : « Avec un rolofaca, elle reste limitée en raison d’un pincement des tiges insuffisant »indique le guide des vignobles Rhône Méditerranée. Par ailleurs, si le mulch est créé alors que le sol est déjà trop sec, il n'aura pas d'utilité dans la mesure où il est censé garder l'humidité et la fraîcheur au sol. 

Limiter la hauteur du feuillage

A l'inverse du sol, celui-ci déconseille d'intervenir sur la vigne en cas de fort pic de chaleur : « Il vaut mieux travailler la vigne avant que pendant, et la laisser tranquille pendant la canicule, pour ne pas perturber son équilibre », explique celui-ci. 

Les fortes températures accroissent la demande hydrique de la vigne et le phénomène de transpiration qui lui permet de réguler sa température. Plus la surface foliaire est conséquente, plus celui-ci sera donc important. « Elle doit être raisonnée, avec une hauteur de feuillage pas trop importante pour ne pas gaspiller l'eau », indique le conseiller.

Pour éviter des coups de soleils sur les baies, il est aussi fortement déconseillé d'effeuiller et de rogner trop sévèrement, sauf si la parcelle a une forte sensibilité au botrytis ou si elle est très vigoureuse. « Il faut laisser une certaine épaisseur de feuillage pour garder le raisin à l'ombre aux heures les plus chaudes », conseille l'ICV.

L'épisode de très forte canicule de fin juin 2019, responsable de nombreuses vignes calcinées en Languedoc, a également permis de découvrir que l'application de soufre, sous toutes ses formes, avait aggravé le phénomène. « Tant qu'il continue à faire chaud, il faut être prudent sur l'utilisation du soufre », indique en conséquence Olivier Jacquet.

Concernant tous les intrants enfin, types engrais foliaires, Olivier Jacquet reste très prudent quant à leur efficacité contre le stress hydrique. « Je n'ai jamais rien vu de convaincant avec ces produits », précise t-il.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé