LE FIL

"Crise de croissance"

L’Institut Technique de l’Agriculture Biologique placé en redressement judiciaire

Mardi 02 juillet 2019 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 11/07/2019 14:50:08

Ayant demandé l’ouverture d’un redressement judiciaire, l’ITAB a vu sa demande satisfaite ce 13 juin par le tribunal de grande instance de Paris.Ayant demandé l’ouverture d’un redressement judiciaire, l’ITAB a vu sa demande satisfaite ce 13 juin par le tribunal de grande instance de Paris. - crédit photo : Tribunal de Paris
L’ITAB dévoile des difficultés financières conséquentes sur l’exercice 2018, qui résulteraient d’un « déficit opérationnel important ».

« Nous sommes confiants dans la capacité de l’Institut à surmonter cette difficulté temporaire » pose, dans une lettre à ses partenaires, l’éleveur Xavier Niaux, président de l’Institut Technique de l’Agriculture Biologique (ITAB). Officiellement placé en redressement judiciaire par le Tribunal de Grande Instance de Paris, l’ITAB a enregistré en 2018 « un déficit opérationnel important. Ce déficit est imputable à des erreurs de gestion internes qui ont été analysées et sont en cours de correction » annonce son président. Evoquant « des décalages de trésorerie dans l’octroi de certains financements publics [qui] ont aggravé l’impact de ce déficit sur notre trésorerie » et annonçant « une rigueur de gestion très élevée ». A noter que les salaires des employés ont bien été versés précise l'ITAB, coupant court à une rumeur dont Vitisphere avait eu écho.

Changement de direction

Mettant en place un plan de redressement avec son administrateur judiciaire et un mandataire, l’ITAB n’est plus dirigé par Catherine Decaux, mais par Camille Suchar, spécialisée dans la direction financière externalisée (Diamond Peaks). Entre « cadre financier souvent incertain » et « demandes et sollicitations sans cesse croissantes, en lien avec le développement très fort de l’Agriculture Biologique en France », Xavier Niaux estime que « c’est en somme une crise de croissance que nous traversons aujourd’hui ». Ajoutant que « l’Institut poursuit bien entendu ses travaux aux côtés de ses partenaires. Avec une détermination intacte, et une rigueur renforcée. »

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé