LE FIL

Champagne

« Nous ne sommes pas loin d’un dérapage sur le marché du raisin »

Mardi 02 avril 2019 par Aude Lutun

Yves Couvreur, président des Vignerons indépendants de la Champagne : 'Si les vignerons ne maîtrisent plus ces autorisations de plantation à partir de 2030, il ne faut pas étendre l’aire.Yves Couvreur, président des Vignerons indépendants de la Champagne : 'Si les vignerons ne maîtrisent plus ces autorisations de plantation à partir de 2030, il ne faut pas étendre l’aire.
Yves Couvreur, président de la fédération des Vignerons Indépendants de Champagne, veut emmener ses 382 adhérents à la certification HVE ou bio pour conforter leur position en France et à l’export.

Le thème de votre AG porte sur « un marché en profonde mutation ». En quoi le marché du champagne évolue-t-il ?

En France, le marché a changé depuis une petite dizaine d’années. Les clients ne viennent plus chez un vigneron pour acheter un champagne pas cher. C’est en grande distribution qu’ils vont chercher ces champagnes premier prix. Ils viennent chez nous parce que nous incarnons le terroir, l’authenticité et le circuit court.

A l’export, les marchés sont plus matures. Les importateurs ont plus de connaissances sur nos vins et ont plus confiance en eux. Ils osent davantage aller vers des vignerons et non plus uniquement sur des marques de négoce connues. Nous avons une carte à jouer sur ce terrain mais cela suppose d’avoir des volumes, d’investir, de se déplacer, etc.

Comment pouvez-vous vous adapter à ces évolutions ?

Nous nous adaptons en nous investissant dans la certification HVE et dans le bio. Ce sont des certifications reconnues, qui rassurent et qui sont demandées par nos importateurs. 1/3 des Vignerons Indépendants de Champagne sont certifiés. Nous devons également poursuivre nos efforts sur la communication en rappelant que nous maîtrisons notre vin de A à Z. Les circuits courts et la traçabilité sont des atouts à mettre en avant.

Quel est votre état d’esprit sur la révision de l’aire d’appellation ?

Il y a plusieurs inquiétudes sur ce dossier. La principale repose sur la gestion des autorisations de planter. Si les vignerons ne maitrisent plus ces droits à partir de 2030, il ne faut pas étendre l’aire. On ne va pas créer un raz de marée de nouvelles parcelles en Champagne ! Nous avons toujours réussi à gérer notre croissance de manière modérée et prudente. Il faut que cela continue. L’autre souci concerne les modalités d’indemnisation des éventuelles parcelles exclues de l’aire. De toute façon, 90 % des vignerons « vont regarder passer le train de l’extension » car ils ne sont pas propriétaires de terres agricoles…

Les négociations sur le rendement autorisé de la prochaine récolte avancent. Quel est le souhait des VIF ?

Nous pensons qu’il ne faut pas descendre en-dessous de 10 800 kg/ha car si on baisse le rendement, on augmente le prix de revient de nos bouteilles et cela réduit nos moyens pour développer l’export. Il faut alimenter le négoce en raisin pour ne pas créer de tension sur les prix. Nous ne sommes pas loin d’un dérapage sur le marché du raisin. La situation actuelle me fait penser à celle de 1991 où la tension sur le prix du raisin s’est traduite par une chute des prix de 30 % en 1992.

Le prix du raisin est-il trop élevé ?

Ce ne sont pas les vignerons qui le font progresser. Ils ont été surpris qu’il y ait une hausse lors de la vendange 2018 alors que le contexte économique est tendu. Lors de l’assemblée générale de l’AVC (association viticole champenoise), en décembre dernier, le président des maisons de Champagne a annoncé un objectif de zéro herbicide en 2025 et de 100 % des vignes certifiées viticulture Durable ou HVE d’ici 2030. C'est un projet ambitieux mais je regrette que le négoce paie les raisins certifiés pratiquement le même prix que ceux qui ne sont pas engagés dans une certification. Il y a un manque de cohérence. 2018 aurait pu être l’occasion d’envoyer un signal à ceux qui s’investissent dans des démarches environnementales.

 

 

 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé