LE FIL

e-commerce

Amazon propose aux vignerons une offre alléchante pour commercialiser leurs vins en ligne

Vendredi 22 février 2019 par Claire Furet-Gavallet
Article mis à jour le 28/02/2019 15:36:15

Patrick Labarre et Charlotte Halb d'Amazon France présentent le service circuit court de la Boutique des Producteurs
Patrick Labarre et Charlotte Halb d'Amazon France présentent le service circuit court de la Boutique des Producteurs - crédit photo : Claire Furet-Gavallet
Loin des schémas habituels du géant américain, Amazon France présente la Boutique des Producteurs, plateforme en ligne pour commercialiser les vins et autres produits alimentaires français en circuit court. Un point sur cette offre et avis d’une propriété bordelaise.

Après de multiples tentatives pour commercialiser des vins en ligne, Amazon a lancé en France en Novembre 2018 la Boutique des Producteurs. « Le but premier est de favoriser le circuit court, avec un intermédiaire maximum entre le producteur et Amazon. Nous souhaitons également mettre en avant le ‘made in France’ » explique Charlotte Halb, responsable de ce projet chez Amazon.

Pour l’instant à ses débuts, la Boutique, partie intégrante du site commercial principal, est composée d’une dizaine de producteurs de produits d’épiceries, vins et spiritueux. « La boutique est sur le même modèle que la market place d’Amazon. C’est-à-dire : nous sommes des prestataires de service. Le producteur a deux choix : celui de s’occuper de la logistique ou de la confier à Amazon » détaille Patrick Labarre, directeur MaketPlace Amazon France.  Concrètement, un seul impératif : tenir la promesse d’expédition dans le temps imparti fixé par le vigneron. « Il peut mettre 3 jours, 4 jours… 7 jours mais il ne faut pas que la commande soit livrée le 8ème jour » impose Patrick Labarre. « Nous sommes connus auprès des consommateurs pour nos délais de livraison respectés et c’est primordial pour notre relation client »

Un nouveau modèle de distribution

Au château Gressier Grand Poujeaux, cru bourgeois médocain et propriété du château Chasse-Spleen, les deux seuls circuits de distributions sont désormais la vente directe et la vente en ligne. « Nous sommes sortis de la place de Bordeaux avec Gressier Grand Poujeaux depuis 2017 » explique Romain Dufau, chef de projet e-commerce de la propriété. « Nous avons fait appel à une agence de wine marketing qui nous a dirigé vers Amazon. Nous sommes présents sur le site depuis fin 2017 et sur la boutique des producteurs depuis son ouverture ». Le nouveau modèle de ventes emporte tout, par volonté des propriétaires, la famille Foubet. Fini les courtiers, le négoce et autre distribution en GD, place au direct et au numérique.

"Fini les courtiers, le négoce et autre distribution en GD, place au direct et au numérique"

« Concrètement, nous sommes présents sur trois market place en ligne. Les clients peuvent commander les bouteilles via ses sites mais nous avons physiquement un seul stock en entrepôt Amazon » détaille le chef de projet. « Nous avons aussi un e-shop sur notre site internet. Je fais le lien entre les trois shops en ligne et envoie tous les bons de commandes à Amazon ». L’expédition est ensuite assurée par l’entreprise américaine.

Une logistique satisfaisante

Les points de repères manquent lorsqu’on se lance dans une activité inconnue, la précaution est donc de mise. « Nous ne savons pas trop comment fonctionne la commercialisation de vins en ligne donc nous restons prudents ».

Avec un abonnement mensuel sur la boutique des producteurs de 39 € TTC, la précaution n’est certainement pas financière.  « Dans ce prix est compris la présence des produits sur notre site, quel que soit leur nombre, et la logistique de gestion du stock. Nous prenons également une commission de 10% par vente » explique Patrick Labarre. En réalité, la commission et l’expédition combinées augmentent la charge à 17% avec des frais de stockage au delà de 180 jours de présence dans l'entrepôt. 

 « Nous sommes satisfaits de cette première année de commercialisation. Pour la boutique des producteurs, il est trop tôt pour se prononcer » déclare Romain Dufau. « Nous nous donnons cinq ans pour comprendre le marché du e-commerce pour le vin et continuer ou non dans cette voie».

Avec 30 millions de visite par mois sur Amazon, il reste à voir si la boutique va être visitée, n’étant pas dans les habitudes d’achats des utilisateurs classiques d’Amazon.

 « Nous souhaitons devenir une référence pour le vin comme nous le sommes sur le multimédia ou la papeterie. La France a un retard certain dans ce concept : moins de 16% des TPE PME vendent en ligne » précise Charlotte Halb. 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé