LE FIL

C'est dit

La vente aux enchères des Hospices de Beaujeu relancée en 2020

Jeudi 15 novembre 2018 par Juliette Cassagnes
Article mis à jour le 16/11/2018 12:52:54

De gauche à droite: Sylvain Sotton, maire de Beaujeu et président du Conseil de surveillance des Hospices de Beaujeu, Anne-Laure Helfrich, du groupe GCF et Benjamin Le Berre, directeur pôle Bourgogne chez GCFDe gauche à droite: Sylvain Sotton, maire de Beaujeu et président du Conseil de surveillance des Hospices de Beaujeu, Anne-Laure Helfrich, du groupe GCF et Benjamin Le Berre, directeur pôle Bourgogne chez GCF - crédit photo : J Cassagnes
La maison de négoce François Martenot (groupe GCF) se lance dans l'aventure. Elle a décidé, avec ses partenaires, de relancer la vente aux enchères historique des vins des Hospices de Beaujeu, dans deux ans.

« Nous allons rallumer le chapitre de la vente aux enchères des Hospices de Beaujeu », a déclaré Anne-Laure Helfrich, directrice marketing adjointe du groupe Grands chais de France, ce mardi 13 novembre 2018, à Villié-Morgon, devant une centaine de clients, d'élus et d'acteurs du vignoble du Beaujolais.

Cette vente de charité à la bougie, la plus ancienne au monde, avait été stoppée en 2008 faute de participants et d'acheteurs. Mais le groupe GCF, au travers de sa filiale bourguignonne François Martenot rachetée en 2015, s'est lancé comme challenge de la relancer, à partir de 2020.

"La complexité et la finesse du gamay"
 « Nous allons redonner ses lettres de noblesse à ce domaine historique et offrir aux vins une nouvelle opportunité en les portant toujours plus haut », a expliqué la responsable, vantant au passage toute la « complexité » et la « finesse » du cépage gamay, « quand on lui laisse le temps de s'exprimer ».

« Le Beaujolais représente une part conséquente des vins de l'activité de l'entreprise, au travers de nos sites en Alsace et à Beaune, ou encore du domaine du Chapitre, a justifié de son côté Benjamin Le Berre, directeur de la maison François Martenot. Notre objectif est de valoriser l'ensemble des vins du Beaujolais, pas uniquement les crus des Hospices. Nous voulons amener une nouvelle dynamique, montrer le meilleur du Beaujolais ». Autre argument avancé par ce dernier pour prouver la légitimité de l'entreprise à conduire cette opération : GCF a établi depuis longtemps des relations de partenariats avec les domaines de plusieurs Hospices tels que Beaune, Nuits saint Georges, Strasbourg, et est lui-même propriétaire de vignes des Hospices de Colmar.

Un an pour convaincre les acheteurs potentiels

Un accord de partenariat entre les Hospices de Beaujeu, la cave coopérative Inessens (de Bel Air), qui exploite les vignes et vinifie les vins, et la maison de négoce, chargée de l'élevage et de la commercialisation des vins, a été scellé. François Martenot détenant par ailleurs la distribution exclusive des vins des hospices depuis 2016, pour une durée de 25 ans.

Cette 211ème édition de la vente caritative sera réservée aux acheteurs professionnels français et étrangers. L'année 2019 qui se profile sera consacrée à une présentation des cuvées auprès d'eux, et à les convaincre d'y participer. Une masterclass sera par exemple organisée lors du salon Prowein, en mars prochain. Le domaine produit quatre cuvées, portant le nom de grands donateurs ou bienfaiteurs, dont un Régnié cuvée "Marquise de Vaudreuil", le cru majoritaire avec 65 ha sur les 81 ha. 

La vente devrait être organisée à Lyon. Plusieurs lots seront mis à la vente : des « pépites du Beaujolais », de grands contenants et peut être des millésimes anciens. L'objectif affiché : « Réinstaller l'événement comme un incontournable sur l'agenda des acheteurs ».  Les fonds récoltés serviront à financer notamment la prise en charge de patients atteints de la maladie d'Alzheimer.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé