LE FIL

Pac après-2020

Eric Andrieu propose une solution sur l’étiquetage des vins

Mercredi 24 octobre 2018 par Marion Sepeau Ivaldi

Eric Andrieu, député européen : 'nous proposons une solution équilibrée dans la mesure où l’on va d’un côté mieux informer les consommateurs sur la valeur énergétique et sur la liste des ingrédients contenus dans les vins, et nous le savons tous, il y a une forte demande des citoyens dans ce domaine. En outre, c’est un compromis avec la filière qui a accepté d’aller au-delà de l’autorégulation.'Eric Andrieu, député européen : 'nous proposons une solution équilibrée dans la mesure où l’on va d’un côté mieux informer les consommateurs sur la valeur énergétique et sur la liste des ingrédients contenus dans les vins, et nous le savons tous, il y a une forte demande des citoyens dans ce domaine. En outre, c’est un compromis avec la filière qui a accepté d’aller au-delà de l’autorégulation.' - crédit photo : DR
Le député européen Eric Andrieu a remis son rapport sur l’organisation commune des marchés le 19 octobre. Le texte, qui sera rendu public dans les prochains jours, émet notamment une proposition sur l’étiquetage nutritionnel et des ingrédients.

Si le texte de la prochaine PAC présenté en juin dernier par la Commission Européenne ne dit pas un mot sur l’étiquetage du vin, celui du député Eric Andrieu introduit la question dans son rapport sur l’organisation commune de marché. Cette proposition cherche un consensus entre la demande de Vytenis Andriukaitis, Commissaire européen à la Santé, d’informer les consommateurs sur les calories et les ingrédients et les contraintes techniques des producteurs de vin.

Les calories sur l'étiquettes

Concrètement, le rapporteur propose de rendre obligatoire la mention des calories sur les étiquettes de vin. Leur valeur serait celle de valeurs standards définies par catégorie de vin. La proposition définit également un symbole unique pour tous les pays européens permettant aux consommateurs le repérage de cette valeur. L’utilisation du symbole facilite également la mise en œuvre de la proposition pour les producteurs de vin, n'impliquant pas d'imprimer différentes étiquettes pour chaque pays d'exportation. L’application de cette proposition se ferait un an après la promulgation des actes délégués de la PAC.

Le deuxième volet de la proposition d’Eric Andrieu concerne les ingrédients. Sur cette partie, le député propose de donner du temps aux acteurs pour définir les additifs et auxiliaires. Il n’existe en effet pas de liste officielle pour l’heure. Le choix du support d’information serait laissé aux entreprises productrices de vin. Elles pourraient soit inscrire l’information sur l’étiquette, soit de manière dématérialisée. L’entrée en application de cette mesure se ferait deux ans après la promulgation des actes délégués.

"Il y a une forte demande des citoyens dans ce domaine"

Pour Eric Andrieu, la proposition est  "une solution équilibrée dans la mesure où l’on va d’un côté mieux informer les consommateurs sur la valeur énergétique et sur la liste des ingrédients contenus dans les vins, et nous le savons tous, il y a une forte demande des citoyens dans ce domaine. En outre, c’est un compromis avec la filière qui a accepté d’aller au-delà de l’autorégulation. On va ainsi pouvoir harmoniser l’étiquetage au niveau européen". Il souligne que sa proposition a déjà le soutien du Portugal qui a, début septembre, officialisé une position similaire. En revanche, "On est toujours dans l’incertitude quant à la position du gouvernement" regrette-t-il.

Ayant travaillé main dans la main avec le Comité Vin du Copa/Cogeca, la Confédération européenne des vignerons indépendants, par la voix de son président Thomas Montagne, reste prudent : "Tant que je n'ai pas lu le texte, il est compliqué de réagir. De ce que je comprends, le rapport reprend notre proposition de mettre les calories sur l'étiquette de manière simple et de mettre les ingrédients on line si on le souhaite. C'était notre demande. C'est donc une grande victoire car la Commission n'étais pas prête à accepter le on line". Thomas Montagne indique par ailleurs attendre d'y voir plus clair sur le calendrier d'application de cette proposition et souhaite clarifier s'il y aura obligation d'étiqueter lot par lot les ingrédients. Si c'était le cas, il est probable que le président monterait au créneau.

 

Trois autres points clés du rapport Andrieu
  • Le revenu des viticulteurs : le rapport émet plusieurs propositions pour améliorer le revenu des viticulteurs. Considérant que la proposition de la Commission européenne est trop frileuse sur le sujet (ne se bordant qu’à traiter de la gestion des risques), le député a souhaité aller beaucoup plus loin.
  • Hybride : Eric Andrieu s’aligne sur la proposition de la Commission européenne d’autoriser les vitis lambrusca et les cinq cépages hybrides : Noah, Herbemont, Clinton, Isabelle, Othello, Jacquez.
  • Financement : le député ne s’oppose pas aux transferts des aides OCM dans les plans stratégiques mais veut s’assurer que la cohérence des OCM sera maintenue et assurée.
  • Vins désalcoolisés : Eric Andrieu s’inscrit en faux avec la proposition de la Commission d’autoriser les vins désalsoolisés à utiliser le mot vin, il défend la nomenclature « produit à base de vin » et préconise que ces produits soient gérés dans une réglementation que l’OCM.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé