LE FIL

L'autre Bourgogne

L'interprofession va choyer les vins accessibles

Vendredi 06 juillet 2018 par Juliette Cassagnes

François Labet a rappelé, lors de l'AG de l'interprofession, son attachement à une meilleure valorisation des appellations régionales en FranceFrançois Labet a rappelé, lors de l'AG de l'interprofession, son attachement à une meilleure valorisation des appellations régionales en France - crédit photo : J Cassagnes
Pour renforcer leur notoriété, le BIVB a décidé, parmi ses actions prioritaires, de mettre plus l'accent sur la communication des appellations régionales ou communales moins connues. Une stratégie qui doit aussi permettre de changer son image de vins "trop chers".

François Labet, vigneron à Vougeot (21), préside le BIVB depuis un semestre maintenant. A ce titre, il a pu rappeler, à l'occasion de l'assemblée générale de l'interprofession ce mercredi 4 juillet 2018, sa ligne de conduite pour l'année à venir, celle de la continuité : « Je souhaite poursuivre les actions engagées par le conseil d'administration et les commissions, qui travaillent activement » a-t-il déclaré.

Parmi celles considérées comme importantes et à travailler pour les années à venir, la mise en valeur des « petites » appellations apparaît comme une priorité. Il s'agit des régionales avec dénomination géographique - L'appellation Mâcon en compte 27 et l'AOC Bourgogne, 14 - ou encore des communales moins connues. « L'un des objectifs importants de mon mandat reste la création de valeurs, en particulier en France, pour nos appellations régionales », a ainsi rappelé le nouvel élu.

Ces nombreuses dénominations sont globalement méconnues et le vignoble de Bourgogne « souffre » parallèlement d'une image de vins très chers, alors que ces derniers ne représentent que 2% des volumes. En choisissant de promouvoir les appellations à faible notoriété, l'interprofession cherche également à contrebalancer cette image de vins haut de gamme. « Nous voulons montrer une Bourgogne accessible, que l'accès à des vins bourguignons de qualité est possible à des prix raisonnables », commente Virginie Valcauda, directrice pôle marketing.

Chaque appellation doit avoir une identité propre

Plusieurs actions dans ce sens ont déjà et sont actuellement entreprises, à commencer par la création récente d'un groupe de travail, qui intervient pour appuyer les ODG concernés. L'idée : les aider à réfléchir sur un vrai positionnement marketing et de communication. « Il est nécessaire de retravailler les territoires de communication...Elles doivent avoir une communication plus facile, une identité propre à chacune », a expliqué François Labet. Ainsi, des « messages forts dans toutes les prises de parole, qu’elles se fassent au niveau du BIVB, de l’ODG ou de l’entreprise, avec des argumentaires en cours d’élaboration, seront relayés ».

A l'aval, le pôle marketing agit déjà depuis deux ans auprès des prescripteurs, professionnels, ou influenceurs, lors des dégustations et animations : « On part d'une appellation connue et on leur décrit toutes celles qui gravitent autour, qu'ils ne connaissent pas... », détaille Virginie Valcauda. En 2019 sera également lancé un nouveau module de formation spécifique sur les appellations régionales avec dénominations géographiques.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2018 - Tout droit réservé