LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Lutte contre le gel

Branle-bas de combat dans les vignes

Jeudi 03 mai 2018 par Christelle Stef

Tour antigel
Tour antigel - crédit photo : DR
En ce début de semaine, les prévisions météo annonçaient un risque de gel dans le Val de Loire et en Bourgogne. Les vignerons se sont alors mobilisés pour mettre en place la lutte. Au final : plus de peur que de mal.

« Lundi soir (le 30 avril, ndlr) il y a eu un mouvement de panique », témoigne Benoît Bazerolle, de la chambre d’agriculture de Côte d’Or. Un bulletin de Météo France annonçant un épisode de gel à -1° C venait de tomber lançant le branle-bas de combat dans plusieurs communes. Ni une, ni deux, les viticulteurs se sont alors mobilisés pour installer des ballots de paille et des bougies dans les vignes. Mais ils n’ont pas eu besoin de les allumer, les températures n’étant finalement pas descendues sous la barre des O°C fatidiques. Les vignerons respirent. Aucun dégât dans les vignes n’est à déplorer. Et, aujourd’hui le risque de gel semble écarté. « D’après le bulletin météo de ce matin (le 2 mai, ndlr), on sort de la zone de turbulence et on se dirige vers une remontée des températures », indique le conseiller viticole.

Pas de dégâts

En Touraine, on a aussi frôlé le gel alors que les vignes avaient atteints quatre à cinq feuilles étalées. « Les températures sont descendues à -1°C ce matin mais sont remontées rapidement. Les tours antigel se sont mises en route vers 2-3 h et se sont arrêtées vers 7 h. A priori il n’y a pas eu de conséquences, personne ne nous a signalé de dégâts », rapporte Michel Badier, de la chambre d’agriculture du Loir et Cher, le 2 mai.

Deux nuits sous tension

Emmanuel Charrier, viticulteur à Saint-Martin sur Nohain dans la Nièvre entre les appellations Coteaux du Giennois et Pouilly Fumé vient de vivre deux nuits sous tension. « La météo prévoyait des températures de 0 à 1°C. Dès que des températures proches de zéro sont annoncées, je me méfie compte tenu de ce que l’on a vécu les années précédentes, d’autant qu’il y avait de l’humidité », explique-t-il. Le viticulteur n’a donc pas hésité une seule seconde, les vignes étant déjà à un stade bien avancé : 5 feuilles étalées – grappes visibles. « A ce stade, s’il gèle, c’est la catastrophe », insiste-t-il. Lundi après-midi et mardi matin, il a donc installé avec deux autres personnes des bougies (300 par hectares) sur deux parcelles, celles les plus sensibles au gel. Il les a allumées durant deux nuits (celle de lundi à mardi pour une partie d’entre elles, et celle de mardi à mercredi pour l’ensemble). Sur son domaine se trouvent également deux tours antigel : l’une qu’il possède en propre, l’autre en commun avec d’autres viticulteurs. Elles ont également toutes les deux tourné. Aujourd’hui il est soulagé : pas de dégâts à déplorer et le risque semble écarté…. Et quand on lui parle des Saints de Glace (du 11 au 13 mai) : « ils sont arrivés plus tôt que prévu », indique-t-il…

En Champagne, ce 2 mai, à l'aube, les températures ont atteint -1°C localement. Le Comité Champagne signale quelques dégâts dans les bas-fonds les plus gélifs.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé