Accueil / Viticulture / Des ruches connectées chez les Vignerons Ardéchois

Développement durable
Des ruches connectées chez les Vignerons Ardéchois

L'Union de coopératives Les Vignerons Ardéchois va installer le vendredi 27 avril aux abord de parcelles de vignes à Valvignères (Ardèche), deux ruches dotées de balances connectées. L'objectif : suivre à distance tout au long de la saison, le poids des ruches.
Par Christelle Stef Le 19 avril 2018
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Des ruches connectées chez les Vignerons Ardéchois
Les ruches connectées permettront de suivre l'évolution des colonies d'abeilles. - crédit photo : Pixabay
L

’Uvica (Union des vignerons des coteaux de l’Ardèche) en partenariat avec un apiculteur va installer deux ruches connectées le 27 avril aux abords des parcelles de vignes de Maxime Crozier, un viticulteur de Valvignères, engagé dans la démarche « Ardèche Par Nature ». Une balance électronique connectée installée sous chaque ruche permettra à l’apiculteur de suivre à distance la santé de la colonie et la production de miel. Elle permettra aussi de suivre les heures de sortie et de rentrée des abeilles. Cela permettra au viticulteur d’adapter ses travaux (traitements…) pour intervenir en dehors des heures de butinage.

Au travers de cette opération, Les Vignerons Ardéchois veulent participer à la préservation de la biodiversité et communiquer sur leurs pratiques en matière de protection de l’environnement.

Après les ruches, l’union de coopérative envisage dans un deuxième temps d’installer des pièges à pollen. L’objectif de ces capteurs : connaître le nombre de plantes butinées par les abeilles et déterminer les espèces qu’elles préfèrent.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (2)
Pagel Le 05 mai 2018 à 10:04:15
@ apiculteur Quelle médiocre méconnaissance de la volonté historique des vignerons ardéchois dans la préservation de leur environnement qui leur est spontanément naturelle. Ce n'est pas avec quelques recettes fussent elles biologiques biodynamiques, géobiologiques où je ne sais quelles autres méthodes plus ou moins fumeuses agréées par une poignée de soit disant moralisateurs hermétiques à toutes contradictions, que miraculeusement les solutions se présentent. Regardez plus attentivement au lieu de jeter l'opprobre sur un métier que vous ne connaissez pas. Loin de prétendre qu'ils connaissent tout, les vignerons ardéchois, comme l'agriculture ardéchoise d'ailleurs se remettent en cause régulièrement grâce à l'expérience de plusieurs générations attachées à leur territoire, par la curiosité, l'observation et la vulgarisation. Bref par cette grande vision que nous ne sommes que les locataires de la terre que nous laisserons toujours dans le meilleurs état possible aux générations futures. Au fait, puisque vous pensez avoir les solutions à ce grave problème de la mortalité des pollinisateurs, expliquez nous pourquoi cette dernière est nettement moins importante après l’hivernation des ruches à l'abri des vignes qu'en montagne ardéchoise? Et toutes nos excuses pour avoir voulu un peu communiquer sur nos pratiques. J-F L
Signaler ce contenu comme inapproprié
apiculteur Le 19 avril 2018 à 18:55:32
Chers vignerons n’hésitez pas continuez à aggraver votre cas non seulement vous persistez dans vos traitements plutôt que de passer en biodynamie mais en plus sous prétexte de faire du green washing et de vous donner bonne conscience vous aggravez votre cas en répondant positivement à des offres commerciales de ruches connectées .Les abeilles sont hypersensibles aux champs électromagnétiques et de plus le fait de prendre leurs pollens affaibli leurs défenses immunitaire , demandez à des apiculteurs amateurs en biodynamie ou en géobiologie ou à des vétérinaires spécialiser en bio. bien a vous. pm
Signaler ce contenu comme inapproprié
vitijob.com, emploi vigne et vin
Charente - Alternance/Apprentissage
Seine-Saint-Denis - CDI
Ardèche / Drôme / Isère ... - CDI
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé