LE FIL

En colère

Une pétition pour pouvoir planter en Ile-de-France

Mercredi 20 décembre 2017 par Marion Sepeau Ivaldi

La vigne de Montmartre, l'une des plus emblématiques d'Ile-de-France.
La vigne de Montmartre, l'une des plus emblématiques d'Ile-de-France. - crédit photo : Guillaume Cattiaux
Le Syndicat des vignerons d’Ile-de-France lance une pétition adressée au ministre de l'Agriculture pour attirer l’attention sur ses difficultés à obtenir des droits de plantation.

« C’est un scandale ! » tempête Patrice Bersac, président du Syndicat des vignerons d’Ile-de-France. Son syndicat demande pour la troisième année consécutive à pouvoir planter des vignes dans des zones autour de l’appellation Champagne. Mais le Syndicat général des vignerons de la Champagne ne l’entend pas de cette oreille. Ce 20 décembre, le Comité vin de FranceAgriMer doit entériner les projets de limitation de plantations de vignes nouvelles. Les producteurs d’Ile-de-France demandent à pouvoir planter librement comme le droit européen les y autorise des vignes sans indication géographique, notamment dans des communes jouxtant l’aire de Champagne. « Mais, nous savons que ces gens nous méprise, et nous sommes convaincus que le Comité vin de FranceAgriMer ne prendra pas de positions courageuses » commente Patrice Bersac. En clair : les producteurs franciliens s'attendent à ce que FranceAgriMer vote en faveur d'une limitation des plantations autour de la zone champenoise.

David contre Goliath
C’est pourquoi, son syndicat lance une pétition à l’attention du ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Intitulée « le Champagne détruit les petits vignerons voisins », elle explique comment le Syndicat général des vignerons de Champagne tente d’instaurer un cordon de 25 kilomètres autour de son aire, au sein duquel aucune vigne ne peut être plantée. Le syndicat « veut transformer plus de 500 communes en désert viticole autour du riche champagne » fustige la pétition qui joue la carte de David contre Goliath.

Une inquiétude irrationnelle
Parallèlement à cette pétition, le Syndicat des vignerons d’Ile-de-France agit également au niveau européen. Il a en effet envoyé une lettre au Commissaire Hogan pour le sensibiliser à la question et lui demander son aide. Datée du 19 décembre, elle rappelle que « le règlement stipule que l'État membre ne peut restreindre la délivrance d'autorisations de plantation nouvelles que pour deux motifs, notamment « la nécessité d'éviter un risque dûment démontré de dépréciation importante d'une appellation d'origine protégée ou d'une indication géographique protégée donnée ». Or, pour Patrice Bersac, il n’est pas question de détournement de notoriété. « C’est une inquiétude aberrante et complètement irrationnelle ».
Le syndicat ne cache pas sa détermination à aller jusqu’au bout et se tient prêt à utiliser les voies judiciaires si ses demandes n’étaient pas entendues. 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé