LE FIL

Initiative

Un député lance les «Etats généraux» de la viticulture en Saône-et-Loire

Mardi 28 novembre 2017 par Juliette Cassagnes

Le député Benjamin Dirx a ouvert les 'États généraux de la vigne et du vin' le 30 octobre dernierLe député Benjamin Dirx a ouvert les 'États généraux de la vigne et du vin' le 30 octobre dernier - crédit photo : Compte twitter B Dirx
En Saône-et-Loire, le député Benjamin Dirx a décidé de lancer les Etats généraux de la viticulture. Les conclusions issues des travaux devraient être présentées en mars 2018.

Le député LREM Benjamin Dirx fraîchement élu en Saône-et-Loire a décidé de se mobiliser pour la viticulture de son territoire en lançant les « Etats généraux » de la viticulture. Il a pour cela convié « tous les acteurs » de la viticulture du département : les représentants des différentes appellations - Mâcon, Moulin à Vent, Pouilly-Fuissé, Viré Clissé, Saint Véran, etc – ceux des instances professionnelles (BIVB/CAVB) et syndicales (Fdsea) mais aussi des caves coopératives, des négociants, des vignerons indépendants, bio ou pas bio...

A LIRE AUSSI

Edito
États très généraux
Nouveau gouvernement, nouvelle tentative
La simplification des normes à l'étude en Bourgogne

Ces Etats généraux se traduisent concrètement par l'organisation de réunions de travail auxquelles participent toutes ces personnes. Trois ont déjà eu lieu. La première, celle du lancement, s'étant déroulée à Mâcon le 30 octobre dernier. 36 personnes étaient présentes: « L'ensemble du monde viticole était réuni pour la première fois, cela ne leur était jamais arrivé ! Juste pour cela, nous avons déjà réussi quelque chose », se félicite le député. A noter également la présence ce jour-là du député de la circonscription voisine de Beaune, Didier Paris (LREM), également intéressé par la démarche.

5 thématiques de travail

L'objet de cette première rencontre était de réfléchir aux problématiques rencontrées par la filière : « Je leur ai annoncé : pour ne pas subir les choses, dites-moi ce que vous voulez et souhaitez écrire pour les 10 années à venir », précise Benjamin Dirx. Cinq thèmes ont été choisis à l'issue de la réunion : l'environnement (traitements phytosanitaires, glyphosate), la fiscalité/les assurances, l'oenotourisme, la simplification administrative et l'emploi. Des thèmes qui sont et seront – les groupes de travail s'étant déjà réunis deux fois depuis le début - travaillés en comités réduits, pendant deux heures, toujours les lundis. Y sont ou seront invitées si besoin des personnes extérieures selon les sujets abordés : Atout France, Pole emploi, Groupama, etc.

"C'est mon rôle de député"

Au total, 20 réunions ont été planifiées, amenant à mars 2018 la fin des travaux, qui se concluront par une réunion plénière, avec une présentation des solutions locales ou nationales à mettre en place pour répondre aux problématiques soulevées, dont, pourquoi pas, le portage de nouvelles propositions législatives. « Mais les trois-quarts des solutions seront trouvées entre nous, localement, prédit-il. Ce serait un échec si au bout, je n'avais de résultats », reconnait celui-ci.

Le député, ancien chef d'entreprise, a prévu de participer à chacune d'entre elles. « C'est mon rôle, même si cela prend beaucoup de temps », précise celui-ci. Et lorsqu'on lui pose la question du pourquoi de ce secteur d'activité, celui-ci répond : « La viticulture est un domaine que je connais un peu, c'était donc très bien pour me lancer ». Benjamin Dirx a en effet l'intention de reproduire ce « modèle » par la suite, pour d'autres secteurs, s'il fonctionne.

Tags : Bourgogne Mâcon

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé