LE FIL

Harcèlement sexuel

Pas d'appel pour le caviste Marc Sibard

Vendredi 21 juillet 2017 par Alexandre Abellan

Marc Sibard était la tête des Caves Augé depuis une trentaine d'années, en faisant une figure des vins naturels.
Marc Sibard était la tête des Caves Augé depuis une trentaine d'années, en faisant une figure des vins naturels. - crédit photo : Archives Caves Augé
Poursuivie par trois anciennes employées, la figure parisienne des vins nature est définitivement condamnée à un an de prison avec sursis. Tandis que sa procédure de licenciement suit son court.

La trente-et-unième chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris le confirme officiellement : le jugement contradictoire du 6 juillet dernier à l’encontre de Marc Sibard est définitif, le délai d’appel ayant expiré sans que son avocate ne se soit manifestée. L’ancien dirigeant des Caves Augé (groupe Lavinia) est donc condamné à un an de prison avec sursis, suivi médical et mise à l’épreuve de deux ans, pour agression sexuelle, harcèlements sexuel et moral envers trois employées. Les dommages et intérêts aux parties civiles s’élèvent à 24 000 euros, auxquels s'ajoute une amende de 5 000 euros.

Mise à pied

Dès le lendemain du jugement, Marc Sibard était mis à pied par le groupe Lavinia. La procédure de licenciement pour faute grave suit désormais son cours. Le héraut des vins nature ne devrait plus mettre le pied à la cave du boulevard Haussman.

Sollicitée, maître Nathalie Senyk, l’avocate de Marc Sibard, n’a pas répondu aux sollicitations de Vitisphere.

 

* : Avec 18 000 euros de dommages et intérêts, et 6 000 euros au titre de l'article 475-1 du Code de Procédure Pénale.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé