Accueil / / Un projet collaboratif et virtuel de restructuration d'un domaine viticole

Top départ
Un projet collaboratif et virtuel de restructuration d'un domaine viticole

Une douzaine d'entreprises de la filière vitivinicole, appartenant au cluster Vinseo, va entreprendre un travail virtuel de restructuration d'un domaine viticole. Le projet a été lancé par Vinea Transaction et le cabinet d'architecture POBA, ce mardi 27 juin 2017.
Par Juliette Cassagnes Le 03 juillet 2017
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Un projet collaboratif et virtuel de restructuration d'un domaine viticole
La première session du projet - qui contenait son lancement, l'état des lieux de la propriété, et le plan d'actions des groupes de travail - avait lieu ce mardi 27 juin 2017, dans le Vaucluse, sur la propriété - crédit photo : J.Cassagnes
U

ne vingtaine de professionnels d'entreprises de la filière viticole, tous membres du cluster Vinseo, avaient rendez-vous ce mardi après-midi 27 juin 2017 sur un domaine viticole dans le Vaucluse. L'objectif : réfléchir ensemble au démarrage d'un nouveau projet de « réhabilitation virtuelle d'une propriété », lancé par Michel Veyrier, fondateur du réseau Vinea Transaction, et un cabinet d'architecture, "Poba". 

Deux scénarios de rénovation

L'idée de ce projet, partie du constat que « trop d'investisseurs désireux de reprendre un domaine ont beaucoup de mal à comprendre et à idéaliser ce qui les attend », est de simuler la transformation d'une propriété, de son vignoble jusqu'à la commercialisation de la gamme des vins, en passant par la création d'un chai de vinification, grâce à un travail collaboratif entre toutes les entreprises présentes et participantes au projet : laboratoires de conseil œnologique, ingénierie et aménagement de chai, audit de vignobles, pépiniériste, etc.

Pendant un an, ils vont devoir travailler ensemble, chacun amenant ses compétences, à distance et en se retrouvant à cinq reprises, pour mener à terme le projet, d'ici juillet 2018. Ils devront réfléchir à deux scénarios : un « classique », appelé « héritage », avec un parti pris « académique, conservateur », et le second, plus « innovant, avant-gardiste, ambitieux, novateur », appelé « 3.0 ». La propriété initiale étant constituée d'une bâtisse, d'un grand bâtiment de stockage et de 83 ha de vigne classées en cru et en appellation Côtes-du-Rhône.

Une vitrine des compétences

La finalité du projet : pouvoir montrer à de futurs investisseurs ou vignerons des idées, des exemples concrets de réalisations possibles, qui seront représentées in fine sous forme de perspectives 3d. Pour les entreprises participantes, l'intérêt est aussi de mieux faire-valoir et faire comprendre aux repreneurs, mais aussi plus largement aux acteurs et prescripteurs du monde viticole, leur expertise, individuelle et collective, dans l'idée aussi bien entendu de « générer du business » par la suite. Le fait qu'il n'y ait pas de client réel devrait aussi permettre une plus grande liberté de la part des différents intervenants, qui pourront plus facilement « expérimenter des choses et aller plus loin dans leurs idées ».

A lire aussi

La démarche se veut donc innovante à double titre : de par le côté « virtuel » du projet d'abord, puisque les travaux et les investissements ne seront pas réalisés. Ensuite par son aspect participatif et collaboratif : « Mettre des entreprises, qui peuvent être concurrentes les unes des autres, à travailler ensemble, à partager des informations et à apprendre des autres, c'est une première en viticulture ! », témoigne fièrement Michel Veyrier. 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé