LE FIL

Pouilly-Fumé

Les vins d'Alexandre Bain reviennent en AOC

Lundi 29 mai 2017 par AFP

Les vins d'Alexandre Bain reviennent en AOC
- crédit photo : Domaine Alexandre Bain
Le tribunal administratif de Dijon a décidé de rendre son Appellation d'origine contrôlée (AOC) à un vigneron de Tracy-sur-Loire (Nièvre), dont le Pouilly-Fumé naturel s'exporte sur les grandes tables de Copenhague, Stockholm ou Tokyo, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

« C'est une immense victoire pour tous les viticulteurs producteurs de vins bio et naturels qui se battent chaque jour contre un système absurde et bureaucratique» s'est félicité vendredi maître Éric Morain, avocat du viticulteur Alexandre Bain qui s'était vu retirer son habilitation. La mesure avait été prise en septembre 2015 par l'INAO (l'Institut national de l'origine et de la qualité), qui estimait que le viticulteur avait refusé de se soumettre à un contrôle obligatoire pour bénéficier de l'appellation d'origine.

Le producteur, dont les vins réputés sont faits sans aucun produit chimique et en utilisant la traction animale, affirmait avoir été contraint de reporter à plusieurs reprises un rendez-vous initialement fixé au mois de mars 2015, dont une fois en raison des vendanges. Alexandre Bain, qui a pu compter sur sa réputation pour continuer à écouler sa production, en faisait surtout une question de principe, liée à la production de vin sur un terroir.

Incompréhensions

« J'espère avoir ouvert une voie, parce qu'une autre viticulture est possible », a réagi le vigneron, qui estime que ses méthodes se heurtent à l'incompréhension de certains producteurs de Pouilly-Fumé. « Pourquoi ce serait à nous de sortir de l'appellation? C'est le monde à l'envers, car nous portons haut les couleurs du Pouilly-Fumé en France et dans le monde », a-t-il ajouté. L'avocat de l'Inao, maîtree François Pinet, avait assuré lors du procès que la qualité du vin n'était pas en cause, mais qu'on « ne peut pas ne pas se soumettre au contrôle et revendiquer l'appellation, c'est la base du système ».

Le rapporteur public avait considéré que la sanction de l'Inao était « disproportionnée » et demandé l'annulation du retrait d'habilitation, qui avait eu pour conséquence de voir les vins du viticulteur de 2014 à 2017 rétrogradés en Vins de France.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
La rédaction Le 08 juin 2017 à 13:40:42
@Craoux : après courte enquête, vos informations semblent tout à fait justes.
craoux Le 07 juin 2017 à 14:54:38
Je trouve que la lecture des différents articles se rapportant au cas "Bain" ne nous éclaire en rien sur les réels motifs du retrait d'habilitation ... et il y a, au plan journalistique, un amalgame (in)volontairement confusant (!) entre le choix de conduire son vignoble en Bio (ou en Biodynamie ... mais peu importe) assorti d'un côté "rebelle" au sein du terroir AOP Pouilly Fumé et un manquement véritablement établi ou avéré aux prescriptions du CDC de l'AOP dont pourrait être incriminé ce producteur. J'ai cru comprendre que le problème portait sur les dates prévues pour le contrôle "terrain" au vignoble ... Ce serait bien et utile de clarifier cet aspect car je ne vois pas en quoi la question du "Bio" (cahier des charges Bio) interfèrerait avec la question de la non observance du CDC de l'AOP ... l'INAO ne supervise pas que je sache le Bio ! En résumé, il serait utile de nous rappeler ce qui était précisément reprocher à A. Bain (point de vue INAO - manquement au CDC Pouilly Fumé) et de nous rapporter les considérations fondant l'annulation de la demande initiale de retrait d'habilitation. Car au final, il serait intéressant de comprendre si A. Bain est un frondeur Bio insupportable du point de vue de l'ODG ou un opérateur habilité bêtement "borderline" !
jc Le 07 juin 2017 à 08:55:00
tout à fait d'accord avec "roi". Si on veut afficher et profiter de l'AOC/AOP/IPG, il y a des règles à respecter ! et effectivement la sanction était peut être exagérée, mais les autres commentaires sont hors sujet, l'INAO ne mettait pas en cause le mode de culture
rol Le 06 juin 2017 à 15:52:31
En effet ....Un pas de plus dans la bataille de la Stupidité..... Rien à voir Bio ou pas Bio .....mais simplement le respect des règles de production de l'Appellation Pouilly-fumé ..à savoir un contrôle du vignoble ... valables pour tous ceux qui veulent mettre Pouilly- Fumé sur leur étiquette ou toute autre Appellation Française ... Si ces regles ne lui plaisaient pas.....il n'est pas obligé ....Il met le nom qu'il veut mais pas Pouilly-Fumé..... à moins peut-être que les Bio soient au-dessus ou......en dessous ...
NSG Le 05 juin 2017 à 08:48:07
Bravo !. " Là où il y a la volonté, il y a un chemin ". Un pas dans la bataille contre les pesticides. Des solutions existent donc..
pierre Le 03 juin 2017 à 06:09:31
bravo continuer de vous battre pour une viticulture bio
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé