LE FIL

 Je reprends ma lecture 
{{str_intro_2}}
{{str_intro_3}}
{{message_alert}}
 {{bt_suivant}} 

 Je réponds 

Que faire après le gel ?

Trois conseils pour prendre soin de la vigne

Jeudi 04 mai 2017 par Marion Sepeau Ivaldi
Article mis à jour le 09/05/2017 15:42:52

Vignoble gelé en bordelais.
Vignoble gelé en bordelais. - crédit photo : Finamor
Guillaume Desperrières, ingénieur pour la société SRDV, revient sur les gestes à faire pour aider la vigne à passer le cap du gel.

1 Attendre et observer

Dans un premier temps, conseille Guillaume Desperrières, il faut attendre et observer la vigne. « Il faut observer ce qui repousse » explique-t-il. Cette attente est nécessaire avant d'envisager toute fertilisation. En effet les vignes qui repoussent (comme en début de végétation classiquement), ne sont pas aptes à absorber des engrais foliaires et cela est valable jusqu'au stade 4/5 feuilles étalées. Avanc ce stade, les vignes ne disposeraient de plus pas d'une surface foliaire suffisamment importante pour justifier un apport trop précoce.

Par ailleurs, Guillaume Desperrières rappelle que l’état nutritionnel des vignes était plutôt bon avant le gel. En Languedoc, la mise en réserve hivernale avait été correcte et meilleure qu’au cours de l’hiver 2015/2016 même si quelques éléments, comme par exemple le Fer, semblaient déficitaires en raison du millésime sec que le Languedoc avait connu en 2016. Les pluies post-vendanges ont permis à la vigne de poursuivre une activité photosynthétique qui lui a permis de bien s’alimenter durant l’automne, avant de rentrer en repos hivernal. L’hiver a également été plutôt bien arrosé et doux, ce qui a permis une pousse de printemps rapide. En Vallée du Rhône et à Bordeaux, les pluies ont été moins généreuses. La végétation était donc moins avancée que dans le Languedoc.


2 Favoriser une bonne alimentation

« Avec le gel, la vigne va devoir puiser à nouveau dans ses réserves qu’elle a déjà sollicitées pour se développer en sortie d’hiver » explique Guillaume Desperrières. Durant toute la campagne végétative, il va donc falloir agir pour l’aider à s’alimenter de manière optimale, de manière à la mettre dans la meilleure « condition physique » pour le millésime 2018. Pour ce faire, Guillaume Desperrières préconise de labourer les sols pour favoriser la minéralisation (une fois le risque de gel passé), bien épamprer et supprimer les repousses du porte-greffe pour éliminer toute concurrence et concentrer la vigueur. Enfin, il peut être utile de passer un engrais foliaire, si l’analyse pétiolaire fait apparaître des carences.

3 Bien protéger la vigne

Cela ne va pas de soi et économiquement, ce sera sans doute compliqué. Mais, pour Guillaume Desperrières, l’idée de récolter peu ne doit pas conduire à faire l’impasse sur les traitements. Bien au contraire. Le spécialiste de la nutrition de la vigne conseille même de poursuivre la protection de la vigne après la vendange en cas de pression importante. « Cette protection n’est pas automatique et doit être raisonnée. Mais la protection de la vigne est obligatoire, car elle permettra à la plante de ne pas aggraver le déficit de mise en réserve et donc de maintenir la vigueur et le rendement en 2018 ».

Tags : Gel gelées

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé