LE FIL

Cuivre

L’EFSA préconise une limitation à 4 kg/ha/an

Lundi 27 février 2017 par Christelle Stef

Vigne venant de recevoir un traitement au cuivre
Vigne venant de recevoir un traitement au cuivre - crédit photo : Christelle Stef
Dans le cadre de la réhomologation du cuivre au niveau européen, l’EFSA vient de mettre en consultation du public ses conclusions. Dans ce rapport, elle propose une limitation annuelle à 4kg/ha/an.

La limitation des doses de cuivre à 4 kg/ha/an semble inexorable. L’autorité européenne  de sécurité des aliments (EFSA) en charge de la ré-évaluation du cuivre vient de publier ses conclusions dans lesquelles elle propose cette restriction. Son rapport est mis en consultation du public jusqu’au 5 avril 2017. Vous pouvez le consulter en cliquant ici :

Des discussions toujours en cours

Toutefois comme le rappelle Marc Chovelon, le responsable de la commission viticulture-œnologie au sein de l’ITAB, il ne s’agit là que d’un avis. Ce sera à la commission européenne de trancher. Et les discussions sont toujours en cours,  la date butoir pour la ré-approbation du cuivre au niveau européen étant fixée au 31 janvier 2018. « De toute façon on va vers quelque chose de plus restrictif que la réglementation actuelle », note Marc Chovelon. En attendant pour la campagne 2017, la règle reste la même pour les viticulteurs bio : à savoir une limitation à 6 kg/ha/an de cuivre métal en moyenne sur cinq ans.

Une étude en cours

Dans le cadre d’un bétaprogramme SMACH, l’Itab a commandé une étude à l’Inra pour voir s’il est possible de se passer de cuivre en viticulture. L’idée est d’éplucher toutes les publications scientifiques sur ce thème en y intégrant les comptes rendus d’expérimentation des chambres d’agricultures ou d’autres organismes techniques. Les conclusions devraient être rendues publiques cet automne.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Lignier Laurent Le 08 mars 2017 à 23:12:52
La dose de cuivre devrait être différente selon les régions viticoles. En effet, limiter à 4 kg/ha de cuivre métal par an dans le sud de la France ne pose pas de problème. Mais en Bourgogne, en Alsace ou dans la Loire ou le Jura, avec l'humidité et la chaleur que nous avons, il est beaucoup plus difficile de protéger le vignoble, selon les années avec 4 kg/ha ! L'exemple de 2016 est particulièrement exemplaire sur la pression du mildiou que nous observons sur nos vignobles par rapport aux régions plus méridionales.
Sophie Le 08 mars 2017 à 10:19:44
C'est sûr qu'avant de mettre des contraintes encore plus compliquées aux vignerons bios, y a pas un peu de boulot à faire pour limiter tous les produits nocifs, polluants et toxiques voire même cancérigènes utilisés par les conventionnels?? Ah ben oui c'est vrai j'avais oublié les géants du lobby phytopharmaceutique rodent sur la commission européenne! Est-ce pour cette raison que les aides bio de la PAC n'ont pas été versées depuis 2 ans...??
scea liessi Le 07 mars 2017 à 19:19:04
Bonjour, les 4kg de cuivre vont bien dans les régions du languedoc- roussillon mais dans les régions océaniques les 6kg sont une nécessite car la pluiviométrie est plus importante. l'europe n'a qu'a se mettre d'accord sur les matiéres actives. qui ne sont pas les mème partout
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé