Accueil / Oenologie / "Barrel Check Excell" valide la désinfection des barriques

Hygiène
"Barrel Check Excell" valide la désinfection des barriques

Reste-il des micro-organismes indésirables dans mes barriques ? Le laboratoire Excell le vérifie en quelques heures, en mesurant la température des douelles pendant leur désinfection.
Par Marion Bazireau Le 10 février 2017
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Pour 600€, le laboratoire Excell rassure les vignerons sur l'efficacité de leurs protocoles de désinfection. - crédit photo : Kirill Livshitskiy
L

a plupart des domaines disposent d’équipements de nettoyage et de désinfection des barriques à l’eau chaude ou à la vapeur performants. « Mais les protocoles qu’ils suivent sont parfois inefficaces. Les températures de destruction des micro-organismes, notamment des brettanomyces, ne sont pas toujours atteintes », regrette Pascal Chatonnet, directeur du laboratoire Excell, à Mérignac (33). Pour y remédier, le laboratoire lance des diagnostics sur site.

En pratique, un technicien perce un petit trou dans les barriques, inférieur à 1 mm, et y insère un capteur thermocouple. « Puis, il demande au vigneron de suivre son protocole habituel de nettoyage. Les capteurs mesurent les températures des douelles à quatre niveaux, de leur surface extérieure à leur cœur », explique Pascal Chatonnet. Il compare ensuite les profils thermiques enregistrés aux seuils de destruction des micro-organismes. « En priorité celui des brettanomyces, mais, à la demande, des bayanus ou des saccharomyces, précise le directeur. Nous avons défini les seuils de destruction il y a quelques années, au cours d’essais sur des milieux synthétiques simulant le bois ».

Sur-mesure

Nettoyer une barrique avec de l’eau chauffée à 65 °C pendant 20 minutes ne sert à rien. « Le cœur de la douelle ne dépasse pas 35 °C. On perd de l’eau, du temps, et, alors qu’on cherche à les détruire, on active les brettanomyces ». Dans près de la moitié des cas, le technicien doit mettre sur pied de nouveaux couples de temps/température, adaptés au matériel du vigneron et à la destination des barriques. « Si elles doivent être réentonnées juste après le nettoyage, il faut les refroidir rapidement » illustre ainsi Pascal Chatonnet. En fin de diagnostic, les barriques sont rebouchées avec une pinette, une petite cheville en bois.

Le technicien passe en moyenne une demi-journée sur les petites et moyennes exploitations, facturée 600 € HT au vigneron, déplacement compris, quand l’intervention a lieu en Gironde. Il reste une journée dans les plus gros domaines, facturée 1 200 € HT.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé