Accueil / Viticulture / Lancement d'un fonds participatif d'aide aux victimes des pesticides

Des moyens pour agir
Lancement d'un fonds participatif d'aide aux victimes des pesticides

Dans un communiqué diffusé le 9 septembre 2016, l'association annonce qu'elle veut créer un fonds participatif pour aider les professionnels victimes des pesticides à lancer des actions judiciaires et/ou juridiques.
Par Vitisphere Le 13 septembre 2016
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Lancement d'un fonds participatif d'aide aux victimes des pesticides
L’expérience de Phyto-Victimes dans l’aide aux professionnels victimes des pesticides démontre que la décision de lancer une procédure en justice peut être difficile pour certaines victimes : en plus de se battre contre la maladie, il faut également se battre « contre la justice » - crédit photo : DR
L

L’association Phyto-Victimes lance une campagne de financement participatif sur CitizenCase, plateforme dont l’objectif est de « donner des moyens aux associations d’agir en justice et pour donner plus de poids à leurs actions contentieuses ».

« Il est aujourd’hui indispensable de soutenir et d’aider les professionnels victimes des pesticides : l’idée est de récolter un maximum d’argent pour aider le plus de personnes ! », ajoute l’association, précisant qu’elle a 45 jours pour récolter un fonds suffisamment conséquent.

Des procédures lourdes

L’expérience de Phyto-Victimes dans l’aide aux professionnels victimes des pesticides démontre que la décision de lancer une procédure en justice peut être difficile pour certaines victimes : en plus de se battre contre la maladie, il faut également se battre « contre la justice », car certaines procédures sont longues, complexes et parfois très coûteuses alors même que la victime est souvent en situation précaire (licenciement, diminution de l’activité de l’exploitation…).

 

Après examen du dossier de la victime, l’argent récolté servira à couvrir partiellement les frais de justice de la procédure. Après avoir obtenu un résultat à sa procédure, la personne aidée devra redonner l’argent à l’association afin que l’on puisse aider un autre professionnel victime des pesticides.

 

Cet article a été préalablement publié sur le site de la France Agricole.

 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé