LE FIL

Armagnac

Le négociant Marc Darroze à la tête de l’interprofession

Mercredi 13 juillet 2016 par Marion Sepeau Ivaldi

Le nouveau président du Bureau national interprofessionnel de l'Armagnac est le négociant Marc Darroze.
Le nouveau président du Bureau national interprofessionnel de l'Armagnac est le négociant Marc Darroze. - crédit photo : BNIA
Le négociant Marc Darroze vient d’être élu à la tête du Bureau national interprofessionnel de l’Armagnac. Son objectif : faire de l’Armagnac la référence des spiritueux artisanaux premium.

Marc Darroze parviendra-t-il à donner un second souffle à l’Armagnac qui en a tant besoin ? Fraîchement élu, le nouveau président du Bureau national interprofessionnel de l’Armagnac affiche en tout cas une feuille de route volontaire pour les trois ans que va durer son mandat. Celui qui succède à la productrice Corinne Lacoste-Bayens veut en effet faire de l’Armagnac, la référence des spiritueux artisanaux (les volumes distillés en Armagnac sur la campagne 2015-2016 : 185 493 hl de vin distillé pour 183 36 hl d’alcool pur). « Aujourd’hui, l’Armagnac est une goutte d’eau dans l’océan des spiritueux. Mais, je pense qu’un engagement plus fort de toute la filière pourrait nous permettre de peser davantage » explique Marc Darroze. Depuis six mois, ce dernier travaille avec les metteurs en marchés et les producteurs pour mettre sur pied son programme. 

A LIRE AUSSI

Denis Lesgourgues
"il y a toujours un consommateur français de cognacs et armagnacs !"
Interview de Sébastien Lacroix, Directeur du Bureau National Interprofessionnel de l’Armagnac
« L’Armagnac est une eau de vie d’auteur, de la vigne à la table »

Equilibre offre et demande

Sa feuille de route est donc le résultat d’un « d’une analyse partagée » poursuit-il. Le nouveau président veut travailler à l’équilibre de l’offre et de la demande, et notamment à l’adaptation d’un vignoble caractérisé par la double fin (IGP Côtes de Gascogne ou Armagnac). Dans ses tablettes, les contrats triennaux de production, la sécurisation de la rémunération des producteurs mais,aussi la qualité avec un travail sur les bonnes pratiques viticoles et d’assemblages. Il sera également question de la valorisation des jeunes Armagnacs. Et le nouveau président de conclure : « l’ambition de placer l’Armagnac en tant que spiritueux artisanal premium n’est pas seulement une question de promotion, il s’agit de s’assurer que la promesse se retrouve bien dans le verre ».

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé