LE FIL

Nouveau président en Beaujolais

« Remettre de l’unité dans le vignoble »

Mercredi 08 juin 2016 par Juliette Cassagnes
Article mis à jour le 10/06/2016 15:02:38

Daniel Bulliat est vigneron à Beaujeu (Rhône); il commercialise environ 40000 bouteilles avec son épouse, en AOP Beaujolais, Beaujolais nouveau, villages et dans les crusDaniel Bulliat est vigneron à Beaujeu (Rhône); il commercialise environ 40000 bouteilles avec son épouse, en AOP Beaujolais, Beaujolais nouveau, villages et dans les crus - crédit photo : site lesbeaujolaisnouveaux.com
Un nouveau président vient d’être élu à la tête de l’ODG Beaujolais et Beaujolais-Villages : Daniel Bulliat, qui a déjà été élu par le passé. Ses deux priorités : « retrouver l’unité du vignoble » et « changer l’image » du beaujolais par une clarification de l’offre.

Les viticulteurs de beaujolais et beaujolais-villages ont choisi leur nouveau président. C’est Daniel Bulliat, vigneron en cave particulière sur un vignoble de 30 hectares, à Beaujeu (Rhône), qui vient d’être élu à l’occasion d’un conseil d’administration tenu le vendredi 3 juin 2016. Principalement producteur de beaujolais-villages, mais aussi de beaujolais et de crus, il représente la section Beaujolais-villages de l’ODG. La durée de son mandat sera de deux ans.

Âgé de 59 ans, l’Homme n’est pas un inconnu dans le vignoble dans la mesure où il a déjà occupé cette responsabilité de 2010 à 2012. Celui-ci souhaitait à cette époque poursuivre sa tâche, mais n’avait pas été reconduit dans son mandat. Daniel Bulliat est par ailleurs à l’initiative et président du comité organisateur des Sarmentelles, une fête importante qui célèbre le beaujolais nouveau chaque année à Beaujeu.

Une équipe jeune, motivée et unie

Le vice-président de l’ODG, qui représente la section Beaujolais, est Jean-François Garlan, viticulteur à Theizé. Avec six nouveaux venus dans le bureau sur un total de huit, l’ODG a donc subi un vrai renouvellement. « Il est de plus bien représentatif du Beaujolais, avec un mélange de vignerons coopérateurs et d’indépendants, provenant de différents secteurs et appellations, et des viticulteurs bio et non bio, commente Daniel Bulliat. C’est aussi une équipe jeune, avec une moyenne d’âge de 45 ans ! », ajoute le nouveau président, qui se déclare par ailleurs « apolitique ».

La priorité pour son nouveau mandat : « remettre de l'unité dans le vignoble », notamment entre les deux ODG, un point essentiel à ses yeux. « On ne peut gagner un match que si l’on joue tous ensemble dans la même équipe », précise-t-il. Les viticulteurs élus présents sur la liste ont eux-mêmes été choisis selon ce critère : « N’ont été sélectionnées que des personnes qui veulent travailler ensemble, dans le même sens et qui sont motivées », assure-t-il.

"Je voudrais interdire les replis de beaujolais nouveaux en beaujolais de garde"


Son second objectif sera de « changer l’image du vignoble », afin de stopper la baisse de production et de commercialisation. Pour cesser « l’hémorragie », celui-ci compte s’appuyer sur les « mentions valorisantes » – « pierres dorées » pour les beaujolais de garde et noms de communes pour les Beaujolais-villages – ceci afin de mieux les différencier des beaujolais nouveaux. « Nous allons très rapidement engager les travaux et collaborer avec l’Inao », déclare le nouvel élu.

Autre souhait, toujours dans le but de clarifier l’offre, celui « d’aligner la production et la commercialisation du Nouveau sur les marchés » afin d’éviter des surproductions qui péseraient sur les cours. Il souhaiterait pour cela interdire à l’avenir la possibilité de repli des vins vinifiés en primeur en vins de garde… Mais il doit encore convaincre l’ensemble des vignerons de l’intérêt d’une telle démarche : « C’est une décision courageuse, mais cela obligera les vignerons à prendre leur responsabilité et à ne vinifier que ce qu’ils sont sûrs de vendre », argumente-t-il. Un moyen également d’éviter de retrouver des qualités différentes au sein de la catégorie des beaujolais de garde, et ainsi d’élever la qualité globale de celle-ci. Pour y parvenir, une modification du cahier des charges de l’appellation Beaujolais est nécessaire. Il souhaite que celle-ci soit effective pour la récolte 2017.

Le nouveau bureau compte également développer plus fortement la diversification au sein des exploitations, notamment par le développement de la production de beaujolais blancs et d’effervescents à base de gamay. Afin d’avancer sur ces différents points, des commissions de travail ont déjà été constituées lors du premier conseil d’administration. Reste désormais à savoir si l’ensemble du vignoble voudra bien aller dans le même sens et s’il validera ses actions. L’avenir nous le dira.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Cattep Le 13 juin 2016 à 07:36:15
Bonjour, actuellement les consommateurs recherchent des produits locaux se démarquant des produits purement industriels. Il faudrait vendre les spécificités de nos vignerons et codifier les producteurs selon les critères suivants: Vendanges manuelles Taille manuelle Traitement moins toxique Désherbage Manuel Pour cela appliquer la codification type dentifrice Trait de couleur Vert / bleu ( culture moins dépendante de la mécanisation et de la chimie) Orange / noir ( mécanisation et traitement chimique lourd ) Cela donnerait de suite un aperçu du type de production appliquée en se démarquant car le consommateur recherche plus la qualité mais celle ci est souvent opaque et vouloir faire du BIO est trop contraignant Ensuite l'idéal serait d'avoir moins de taxes pour les producteurs qui font ces efforts mais cela devra être traité avec nos députes impliqués Pour ma part je suis venu m'installer à FLEURIE (je ne travaille pas dans le milieu viticole ) il y a trois ans et a été très surpris du temps que les viticulteurs passent dans leurs vignes et souvent Manuel Lorsque j'en discute le Beaujolais a une mauvaise presse car peux de gens ne connaissent pas les Crus et l'assimilent uniquement au Beaujolais nouveau Lorsque je leur fait goûter et explique la façon de le produire le temps passe dans les vignes et le goût leurs avis changent Votre idee de diversifier avec du crémant est judicieuse Ma passions étant la climatologie j'ai mis en ligne ma station et sur le site on retrouve les historiques et les images pluies orages vent en direct et accessible gratuitement si cela peux éviter un traitement avant une forte pluie c'est de l'argent et du temps économise Cordialement P CATTE
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé