LE FIL

Die-in

Les anti-phytos s'invitent à l’inauguration présidentielle de la Cité du Vin

Mardi 24 mai 2016 par Alexandre Abellan

Ayant marqué les esprits avec leur marche blanche de février dernier, les anti-pesticides de Bordeaux annoncent une nouvelle action forte ce 31 mai.
Ayant marqué les esprits avec leur marche blanche de février dernier, les anti-pesticides de Bordeaux annoncent une nouvelle action forte ce 31 mai. - crédit photo : Greenpeace (Hiroshima Day Die In)
François Hollande doit inaugurer ce 31 mai la Cité du Vin à Bordeaux, un évènement que ne laisseront pas passer les associations dénonçant l’utilisation de pesticides dans le vignoble.

Consistant à simuler une mort soudaine et rester couché à terre, le die-in est une forme de manifestation aussi pacifiste que spectaculaire. C’est par ce happening choc que des associations opposées anti-phytos comptent interpeller le président de la République dans une semaine, lors de l’inauguration de la Cité du Vin.

Lancée à l’initiative de l’association des Amis de la Terre Gironde, cette manifestation est soutenue par Générations Futures, les Jeunes Écologistes Bordeaux-Aquitaine, le Collectif Info Médoc Pesticides… Soit un ensemble de représentants de la société civile qui visent un objectif pour le moins cnoséquent : « exiger du chef de l’État un positionnement sur l'interdiction de l'usage des pesticides avec un plan de sortie rapide, daté et chiffré, assorti d'un accompagnement et d'aides à la conversion, ainsi que des mesures immédiates de protection des riverains, des salariés agricoles et des consommateurs et la reconnaissance et l'indemnisation des victimes » énumère un communiqué.

"La Cité du Vin est le joyau de l'omerta"

Après les secousses provoquées par le documentaire Cash Investigation, « ça me fait vraiment mal de voir que l'on est dans la remise en place de l'omerta par des effets d'annonce » lance l’activiste Valérie Murat. Associée au die-in, elle vise tout particulièrement Bernard Farges, et son discours lors de la dernière assemblée générale du Conseil Inteprofessionnel des Vins de Bordeaux qu'il préside (« oui, la filière des vins de Bordeaux a pour objectif la diminution forte voire même la sortie de l’usage des pesticides »). Pour Valérie Murat, « une partie du vignoble est toujours dans le déni. Et la Cité du Vin est le joyau de l'omerta. La viticulture bordelaise, ce n'est pas que ça. Il y a d'autres choses derrière, très laides et moches à voir. »

« On a un peu de mal à accepter toute la publicité qui se fait autour de cette belle vitrine. Et qui fait disparaître tout le reste, à commencer par les victimes des pesticides » renchérit Marie-Lys Bibeyran, qui représente le collectif Infos Médoc et participe au die-in.

Des détails sur l’évènement (et ses possibles adaptations de programme) seront communiqués lors d’une conférence de presse ce 26 mai. Lancé sur la plate-forme Facebook, l’évènement compte déjà une centaine de participants déclarés.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé