LE FIL

Clairette de Die rosée

Le Cerdon dit toujours non

Lundi 23 mai 2016 par Juliette Cassagnes
Article mis à jour le 26/05/2016 14:47:56

Les producteurs attendent depuis cinq ans de pouvoir élaborer de la Clairette de Die rosée, à partir de cépage Gamay ou Muscat
Les producteurs de cerdon se sont à nouveau opposés au projet de l’Inao d’autoriser la production de clairette de Die rosée. En toile de fond du conflit, deux visions qui s’opposent : celle des « modernistes » et celle des « conservateurs ».
Ce contenu Le Cerdon dit toujours non est réservé aux abonnés payants Vitisphere et La Vigne. Pour y accéder :

ABONNEMENT LA VIGNE
Vitisphere
Si vous êtes abonné LA VIGNE Vitisphere
SE CONNECTER
Solidarité covid-19
Consultez gratuitement l'ensemble des contenus de Vitisphere durant la période de confinement
- 100 % de l'actualité de la filière
- La météo professionnelle locale
- L'annuaire des professionnels viti-vinicole
- La reception des deux newsletters hebdonamdaires
Si vous n'êtes pas abonné, vous pouvez profiter de l'intégralité des contenus du site en vous abonnant à l'offre Vitisphere La Vigne 100% numérique (formule web)
- 100 % des contenus du site avec accès aux archives du magazine La Vigne
- La météo professionnelle et locale
- L'annuaire des professionnels viti-vinicole
- La reception des deux newsletters par semaine, version intégrale «la lettre du Vigneron», «la lettre de la filière»
- L'application de lecture "La Vigne Kiosque"
Où vous pouvez profiter de l'intégralité des contenus du site en vous abonnant à l'offre La Vigne Vitisphere Intégrale (formule papier + web)
- 11 numéros
- 1 guide hors série
- 100 % des contenus du site
- La météo professionnelle et locale
- L'annuaire des professionnels viti-vinicole
- La reception des deux newsletters par semaine, version intégrale «la lettre du Vigneron», «la lettre de la filière»
- L'application de lecture "La Vigne Kiosque"
DECOUVRIR LA VIGNE Vitisphere
Vous souhaitez découvrir gracieusement
LA VIGNE Vitisphere pendant 2 mois
RECEVOIR NOS Newsletters
Vous souhaitez recevoir les newsletters
la E-lettre de la Filière et la E-lettre du Vigneron

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Vous devez être abonné pour pouvoir commenter ce contenu payant
VOS RÉACTIONS
ADIRIGNY Le 26 mai 2016 à 10:33:01
Les viticulteurs de Clairette qui voudraient légitimement diversifier leur production pour surfer sur la vague d'engouement pour les effervescents rosés sont donc coincés : pas possible de produire en mousseux rosés sans appellation (loi de 1957), mais opposition de leurs voisins du Cerdon, qui cherchent à empêcher la concurrence, sous couvert de défense de la tradition des AOC .... En effet la loi du 20 décembre 1957 interdit toute élaboration de vins mousseux autres que des vins à AOC dans les aires de production des AOC Clairette de Die et Crémant de Die (réglementation analogue à celle du Champagne, initialement prise pour lutter contre la fabrication massive en Champagne de mousseux vendus comme "Champagne" à partir de vins de base importés d'autres régions, au début des années 1900). commentaires : 1/ la situation actuelle est clairement une atteinte à la liberté d'entreprendre, et pénalise les viticulteurs de Die 2/ l'interdiction posée par loi de 1957 n'est-elle pas disproportionnée par rapport à l'objectif supposé de lutte contre la fraude ? situation identique en Vouvray, où des viticulteurs de l'aire mousseux qui souhaitaient se diversifier ont eu des difficultés ... à l'inverse, on peut élaborer dans l'aire Crémant de Bourgogne des mousseux sans AOC, et cela ne semble pas poser de problème majeur : le Crémant est parfaitement identifié, et personne ne le confond avec les mousseux sans IG. Oui, mais si on supprime ces lois pour Die et Vouvray, quid de la Champagne ? vaste débat entre liberté d'entreprendre et lutte contre la fraude (idem : protection de la santé, de l'environnement, etc) : une restriction à la première n'est admissible que si elle est strictement proportionnée pour empêcher les fraudes (ou les atteintes à la santé, à l'environnement, etc) et s'il n'existe pas d'autres moyens moins contraignants pour atteindre cet objectif 3/ Autoriser la Clairette rosée ? la lutte entre entre une conception figée et une conception évolutive des AOC semble bien dépassée quand on voit toutes les évolutions sur d'autres AOC (couleurs, cépages, pratiques oenologiques -thermovinification, grappes entières, etc- ; elle sert souvent de prétexte pour protéger des monopoles ou des marchés .... surtout s'il y a une trace historique de production de rosé vers Die. Que ce soit sur les couleurs, comme à Die, la production d'IGP mousseux, les autorisations de plantations en VSIG , les aires de proximité immédiate (cf Pomerol), ou les nouveaux cépages, le dogme d'une AOC figée dans ses règles d'origine a bon dos et sert trop souvent de prétexte pour éliminer des concurrents potentiels, ou protéger des situations acquises, dans des luttes locales. Et pendant ce temps là, les italiens plantaient et produisaient .... et font sans doute plus de mal à Cerdon avec le Prossecco que la Clairette rosée.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé