Accueil / Commerce/Gestion / Les cours du vrac restent fermes

Bordeaux 2015
Les cours du vrac restent fermes

Arrivée au deux-tiers, la campagne 2015-2016 semble particulièrement sereine à Bordeaux, portée par l'intérêt pour le dernier millésime.
Par Alexandre Abellan Le 11 avril 2016
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les cours du vrac restent fermes
S’exprimant clairement sur la semaine des primeurs, la demande du marché pour le millésime 2015 est également perceptible sur le marché du vrac. - crédit photo : Alexandre Abellan (Vitisphere)
l
« En termes de prix, les cours sont très clairement fermes, avec le bordeaux rouge à 1 262 euros le tonneau fin mars 2016. Pour le cumul, sur les huit premiers mois de la campagne, on est à 1 230 €/tonneau. Ce qui représente une progression de 2 % par rapport à la campagne précédente », rapporte Jean-Philippe Code, le directeur du service économie du Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux. À l’occasion de la dernière assemblée trimestrielle de la Fédération des coopératives vinicoles d’Aquitaine, il faisait un point chiffré sur la fermeté de la campagne 2015-2016. Car, si la progression en valeur est légère, celle en volume est bien plus nette.
 
Évolution des volumes
 
« Avec 1,12 million d’hectolitres, la progression est très importante pour le groupe des bordeaux rouges: +21 % », souligne Jean-Philippe Code. Le groupe des saint-émilion affiche également une hausse de 40 % (à 114 000 hl), celui des côtes +5 % (à 138 000 hl) et celui des blancs doux +2 % (à 23 000 hl). Les médocs et les graves enregistrent une baisse de 1 % (à 51 000 hl), tandis que les blancs secs accusent un repli de 3 % (à 207 000 hl). Au total, 1,69 million d’hectolitres de vins de Bordeaux et Bordeaux supérieur ont été échangés à la fin mars 2016, soit une hausse de 16 %.
 
Il faut noter cependant un repli global des transactions pour le mois de mars, avec 295 000 hl de retiraisons (-9 %), dont 247 000 hl en vrac (-3 %) et 49 000 hl en bouteilles (-31 %). « On observe que ce mois représente l’un des mois les plus bas enregistrés à cette période l’année. Il s’agit sans doute d’une période de transition », esquisse Jean-Philippe Code, qui relativise cependant la comparaison avec la campagne 2014-2015, encore affectée par la petite récolte 2013.
En effet, en 2015-2016, « on a bénéficié, au début de la campagne, de conditions plus favorables qu’à la précédente. Dans la mesure où le début de campagne est alimenté par les disponibles des millésimes antérieurs, à savoir 2013 pour le début de la campagne 2014-2015 », précise Jean-Philippe Code.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé