LE FIL

Record français

7,2 millions d’hectolitres importés en 2015

Vendredi 18 mars 2016 par Marion Sepeau Ivaldi
Article mis à jour le 31/03/2016 12:33:29

Les importations sont dominés par les vins sans indication géographique en vrac.
Les importations sont dominés par les vins sans indication géographique en vrac. - crédit photo : DR
FranceAgriMer a rendu publics les chiffres du commerce extérieur des vins. Jamais la France n’aura importé autant de vins étrangers, en particulier du vin en vrac espagnol.

« C’est un record ! », annonce Julie Barrat, chargée du suivi du commerce extérieur vin à FranceAgriMer, qui a présenté les chiffres du commerce extérieur des vins français lors du conseil spécialisé vin de FranceAgriMer, le 16 mars. La France aura importé 7,2 millions d’hectolitres en 2015, en hausse de 11 % par rapport à 2014, année qui avait été marquée par une augmentation de 23 % des volumes. 81 % de ces volumes, soit 5,8 millions d’hectolitres, sont constitués par du vin en vrac.

Le poids de l’Espagne

En valeur, la hausse est moins importante, mais tout de même remarquable à 672 millions d’euros, en progression de 8 % par rapport à 2014. Cette moindre augmentation de la valorisation s’explique, selon Julie Barrat, par le poids du vin sans indication géographique en vrac d’origine espagnole qui constitue la majeure partie des importations. Ainsi, l’Espagne représente pas moins de 75 % des importations totales de la France et est constituée pour 66 % des volumes de vins sans indication géographique sans mention de cépage.
Le prix moyen du vrac espagnol est de 0,32 euro/l (en baisse par rapport à 2014 : 0,34 euro/l et 0,55 euro/l en 2013). Cette compétitivité est aussi une des raisons de l’importation massive de volume. À titre de comparaison, le prix moyen du vrac en vin sans indication géographique français était de 1,06 euro/l en 2015.
Autre poste d’importation, les vins en vrac en provenance des pays tiers. Ils représentent 7 % des volumes importés par la France et, en 2015, l’origine majoritaire est sud-africaine, avec 230 000 hl, soit 45 % des volumes de vins en vrac des pays tiers.

Les mousseux représentent 3 % des importations

Les chiffres livrés par FranceAgriMer ne permettent pas de clairement identifier une tendance à l’importation de prosecco. La provenance italienne est stable sur les quatre dernières années. Elle connaît une substitution des volumes de vrac par ceux en bouteille. Ces derniers représentent 194,5 milliers d’hectolitres importés en 2015, soit +7 % par rapport à 2014 et -17 % par rapport à la moyenne 2010-2014. Néanmoins, « la part de marché de l’Italie (41 %) dans les importations françaises de vins mousseux a nettement reculé par rapport à 2014 (53 %) au profit de l’Espagne (41 %) », indique FranceAgriMer, dans sa note sur le commerce extérieur en 2015. Au total, l’importation de mousseux représente 3 % des volumes importés en France, en progression de 270 % par rapport à 2000.

 

Pour lire la note de FranceAgriMer, c'est par ici.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé