LE FIL

2016 en vue

Le président Jacques Gravegeal et le goût des cépages résistants

Mardi 22 décembre 2015 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 26/07/2016 14:55:54

Jacques Gravegeal est résolu à ne pas voir le principe de précaution nuire à la compétitivité de ses vins de cépages.
Jacques Gravegeal est résolu à ne pas voir le principe de précaution nuire à la compétitivité de ses vins de cépages. - crédit photo : InterOc
En cette fin d’année, le débat sur l’expérimentation des cépages résistants aura été la goutte qui fait déborder le vase de la patience de Jacques Gravegeal, le président de l’Organisme dedéfense et de gestion des vins IGP Pays d’Oc.
« La France veut laver plus blanc que blanc », tempête Jacques Gravegeal, d’humeur tout aussi résistante que les cépages qu’il défend bec et ongles. Dans le débat actuel sur l’expérimentation des variétés de vigne résistantes aux maladies cryptogamiques (mildiou et oïdium principalement), ce connaisseur des vins de cépage n’en démord pas : « Les qualités ampélographiques et organoleptiques des cépages résistants sont identiques à celles des cépages de référence. Où est donc la tromperie du consommateur quand on revendique cette parenté ? »

Avec le mérite d’être clair, il déclare que les vignes résistantes ne l’intéressent que si elles peuvent faire référence aux noms des cépages parents (cabernet, merlot, sauvignon…). Pour lui, il s’agit d’une nécessité commerciale incontournable, dès lors qu'il s'agit d'exister sur le marché mondial. Convaincu que le marché tranchera en cas de dérive, il affirme : « On est mort si on ne répond pas au goût mondial. Je suis prêt à mettre des consommateurs dans le coup, qu’ils puissent eux-mêmes déguster nos cuvées expérimentales. En Pays d’Oc, nous avons repéré une vingtaine de cépages résistants qui sont les copies conformes de variétés de référence. Dégustés à l’aveugle en commission d’agrément, ils sont validés sans problème. Et avec une bonne typicité ! »

 
Souhaitant aller vite, Jacques Gravegeal tient cependant à l’expérimentation de ces nouveaux cépages en conditions réelles. « Il faut être attentif aux effets de la climatologie méditerranéenne sur ces cépages. Il faudra les tester pendant quatre ans, au moins, avant de passer à la vitesse industrielle », estime-t-il. En attendant janvier 2016 et la réunion d’un groupe de travail sur l’expérimentation variétale, il reste marqué par la visite, cet été 2015, d’une parcelle de vignes plantées par Alain Bouquet, mélangeant cépages sensibles (gamay, pinot…) et résistants. Non traités depuis neuf ans, ces pieds parlent d’eux-mêmes, pour Jacques Gravegeal : « Les premiers sont ravagés, les seconds se portent bien malgré la forte pression de maladies ».
 
Laissant de bon cœur les débats sur les résistances polygéniques et monogéniques aux experts scientifiques, il ne peut s’empêcher de se demander « si on aurait l’autorisation de greffer des racines américaines sur des cépages européens, si le phylloxéra arrivait aujourd’hui dans le vignoble français… »

La crainte de répéter les erreurs des copeaux

Ces débats rappellent à Jacques Gravegeal une autre expérience : « Les copeaux. Ils ont été inventés en France, mais nous avons continué à faire des barriques, et avons interdit leur utilisation. Alors que les américains et australiens ont boisé leurs vins avec ces copeaux. Et ils nous ont pris des parts de marché. Il ne faut pas laisser passer l’occasion de produire des vins de meilleurs qualité/prix. Et souhaités par le consommateur ! » Avec les cépages résistants, la problématique n'est pas technique, mais sociétale prévient-il : « on va avoir progressivement une interdiction de traiter à proximité des habitations qui va s’installer. Et il ne faut pas oublier la question des résidus. Si l’on perd cinq ans aujourd’hui, ces cinq ans seront la guillotine mortuaire du vignoble français... »

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
rol Le 24 décembre 2015 à 09:57:29
Grand Merci Montaz.....de savoir que je ne suis pas "seul" à comprendre qu' il est indispensable d'avancer meme si cette proposition n'est pas la" révolution utopique " souhaitée par les idéologues mais un pas de plus en avant qui nous fait avancer un peu + un peu.....nous conduira comme dans mon cas personnel apres 20ans à une réduction de 80% des phytos et 90% herbicides... C'est toujours préférable...........plutôt que de refuser l'amelioration lente pour " la Révolution...suicidaire....
montaz Le 23 décembre 2015 à 17:06:50
On est bien dans un débat franco français ou le risque est bien mince: que pèse en effet une confusion des genres au niveau commercial, devant l'incroyable opportunité que représentent ces cépages pour réduire les phytos? (pourtant le ministre a bien dit "produisons mieux", non?) Et Pour réduire les charges de exploitations, les risques de maladies pour les plantes comme pour les hommes? L'enjeu est au niveau de la santé publique et de l'économie, certainement pas du côté de certains technocrates grincheux qui titillent pour justifier leur rôle. La preuve, les cépages sont déjà en place en Autriche, en Allemagne, avec le succès qu'on sait. La mondialisation est là, les réglementation environnementales aussi, et les consommateurs ont des exigences. Ca ne me plaît pas plus que ça, mais c'est comme ça!
craoux Le 22 décembre 2015 à 19:56:22
J'entends ce que prétend Gravegeal ... mais il lui faudra admettre qu'avec cette vision "moderne" - calée sur la demande, le MARCHE et le reste - on pourrait sacrément dériver vers une conception "industrielle" de la production d'un pinard qui devrait prendre en compte tous les retours d'information du marché .. sans exception. Et personnellement, je n'accepterais pas qu'on me trompe sur le nom du "vrai" cépage ... la mention "cabernet sauvignon" ne pourra être qu'univoque !
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé