LE FIL

Livres

Bars et chansons

Dimanche 20 décembre 2015 par Marion Sepeau Ivaldi

Bars et chansons
« La Tournée des patrons » et « Bon vin me fait chanter » viennent animer la librairie viticole de cette fin d’année. Deux livres qui font vivre la convivialité bacchique et une authentique atmosphère de bonne franquette qui, si l’on n’y prend garde, pourrait bien s’effacer.

C’est parce que l’on aime bien les trois compères (le journaliste Bruno Carlhian, le dessinateur Gab et le photographe Gabriel Omnès) qui ont commis « La tournée des patrons »  et que l’on a une affection particulière pour Sylvie Reboul, auteur du « Bon vin me fait chanter » que l’on a décidé de vous présenter leurs livres, avec dans l’idée qu’ils pourraient inspirer certains en panne de cadeaux à glisser sous le sapin.

Pour les puristes des bistrots

Le premier livre célèbre les bars à vins de Paris, mais pas n’importe lesquels. Il faut un patron gouailleur qui connaissent chaque vigneron par leur prénom, il faut que le vin y soit servi à toutes heures, il faut enfin que la sélection soit comme nulle autre pareille : unique et invitant à l’évasion vers ces lieux, qui, depuis les comptoirs parisiens, paraissent des contrées enchantées où le terroir exprime ses richesses. Passé cet examen rigide et intraitable, il ne reste plus qu’une sélection presque confidentielle des établissements où le vin vit dans l’authentique tradition du bistrot parisien : en tout 14 lieux ont l’honneur d’être retenus dans cette anthologie des bistrots à vins parisiens. Elle s’accompagne de savoureux articles autour de l’histoire des bistrots, à commencer par l’incontournable saga des Auvergnats. Et fait la place à deux vignobles sans qui l’histoire des bistrots parisiens n’aurait pu s’écrire : le Beaujolais et le Quincy. A lire, un béret sur la tête.

Pour ceux qui aiment pousser la chansonnette

Après le Vin et la musique, publié en 2008, Sylvie Reboul revient en 2015 avec « Bon vin me fait chanter ». Passionnée de musique, la journaliste s’est plongée dans les archives de la Bibliothèque nationale, dans Google books, etc… pour exhumer de l’oubli les chansons qui évoquent le vin. Evidemment, chacun pense aux chansons à boire mais, si elles sont les plus connues, elles ne sont pas les plus nombreuses. Elles représentent seulement 10%, révèle Sylvie Reboul. Le vin est chanté pour tout ce qu’il représente, commerce et négoce compris. Les chansons évoquent des cépages, parfois oubliés, des histoires de vigneron. Elles évoquent également l’Histoire, en célébrant par exemple l’abolition d’une taxe ou la révolte des vignerons de 1907. Certains chantaient ainsi, sur l’air de la Marseillaise, « A table citoyen, qu’un vin bien pur humecte nos poumons ». 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé