LE FIL

Côtes de Bourg

Planter des haies pour allier protection des vignobles et des sites sensibles

Mercredi 29 avril 2015 par Alexandre Abellan

Côtes de Bourg : planter des haies pour allier protection des vignobles et des sites sensibles

A l'heure des premiers traitements phyto (et avant le premier anniversaire de l'accident de l'école primaire Villeneuve-de-Blaye), le vignoble des Côtes de Bourg s'engage dans un projet collectif de plantations de haies autour des sites sensibles à moins de 50 mètres d'une parcelle viticole. Définis par l’article 53 de la Loi d’Avenir pour l’Agriculture, ces établissements vulnérables à l'exposition de produits phytopharmaceutiques sont établissements hospitaliers, scolaires*... Ayant un rôle de zone tampon, les haies réduisent les phénomènes de dérives lors des pulvérisations phytosanitaires, ce qui permettrait de concilier activités viticoles et lieux de vie. « L'idée est de travailler pour le vivre-ensemble » explique Didier Gontier, le directeur du syndicat viticole des Côtes de Bourg. « La viticulture est obligée de traiter, c'est une contrainte dont on ne peut pas se passer. Il faut se féliciter du dialogue établi avec les communes et les établissements. »

D'après les premiers dignostics, 24 sites sensibles ont été identifiés sur les 15 communes de l'AOC Côtes de Bourg. La protection de ces établissements nécessiterait à terme la mise en place de 2 400 mètres de haies arboricoles. En attendant les premières plantations (prévues à l'automne prochain), le syndicat viticole et la communauté de communes ont rédigé une charte de bon voisinage entre exploitants et collectivités. Les vignerons adhérant à cette démarche devront notamment « adapter leurs horaires de traitement en tenant compte des activités extérieures collectives » et « avertir l’établissement et la Mairie des dates de traitements au plus tard la veille de ces travaux », tandis que les communes « s’engagent à fournir aux viticulteurs les horaires d’ouverture et de fréquentation des sites sensibles ».

Qu'il s'agisse de la plantation de haies ou de l'adhésion à la charte, ces démarches sont réservées aux vignerons volontaires. Suite aux rencontres de sensibilisation, Didier Gontier se dit optimiste : « l'objectif est d'engager l'ensemble des vignerons. L'outil est bien orienté, il doit être affirmé par la pratique. » Seul l'entretien des haies pourrait être un frein à l'adhésion des producteurs, mais les collectivités seraient prêtes à s'engager sur la question. Financées par les conseils de Département et de Région, les subventions pour la plantation des haies devraient également encourager les vignerons à s'engager dans la démarche.

Porté par le syndicat viticole des Côtes de Bourg et la communauté de communes de Bourg-en-Gironde, le projet fait également intervenir l'Association Arbres et Paysages de Gironde (notamment pour la taille de mise en forme les trois premières années), le Centre de Fomation Agricole de Pugnac (réalisation de plantation dans le cadre d'apprentissage) et la Chambre d’Agriculture de Gironde (participation à la rédaction de la charte).

 

 

* : A noter qu'en Gironde, un arrêté préfectoral encadre également les modalités de traitement phyto à proximité des établissements scolaires.

 

 

[Photo : Haies en bordure de vignes ; Château Moulin de Peyronin (Pujols)]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé