Accueil / Oenologie / Pauillac : château sous verre et 100 % gravitaire pour Pédesclaux

L'architecte Jean-Michel Wilmotte signe un nouvel opus où la gravité et le verre créent un ensemble.
Pauillac : château sous verre et 100 % gravitaire pour Pédesclaux

Par Alexandre Abellan Le 01 avril 2015
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Pauillac : château sous verre et 100 % gravitaire pour Pédesclaux
R

emettant sur le métier l'ouvrage réalisé en 2008 pour le château Cos d'Estournel (Saint-Estèphe), l'architecte Jean-Michel Wilmotte vient de donner une version augmentée et améliorée du concept de chai gravitaire avec le château Pédesclaux (Pauillac), présenté à l'occasion des Primeurs. Directeur de l'exploitation de Pédesclaux, Vincent Bache-Gabrielsen note trois nouveautés pour ce chai tout gravitaire : « l'utilisation d'une chambre froide pour dissocier les vendanges de son tri (et commencer la macération préfermentaire à froid), le délestage permis par des cuves à double étage (58 cuves en tout) et l'utilisation de la pente naturelle (les trois niveaux de la cave s'insèrent à fleur de coteau) ». Pour réduire au maximum les phénomènes de trituration, les flux de vendanges, moûts et vins ont été intégrés dans la construction du bâtiment : la vendange arrive au sous-sol, est vinifiée au cuvier du rez-de-chaussée puis élevée au sous-sol. Les ascenseurs enserrent le massif escalier central, qui sert d'axe de symétrie à ce bâtiment au design épuré à l'extrême (jusque dans le tableau de thérmorégulation du cuvier, voir photo ci-dessous). Mise à l'essai pour la vendange 2014, cette cave doit marquer un palier dans la production de ce cinquième grand cru classé.

Assemblage de verre, de métal et de bois, le nouveau chai répond au château rénové : le premier étant recouvert d'une peau de verre et le second s'ouvrant au regard de son vignoble. Egalement propriétaire des châteaux Issan et Lilian Ladouys, Jacky Lorenzetti aurait débloqué une enveloppe de plusieurs dizaines de millions d'euros pour ces travaux titanesques. Ayant acheté le château Pédesclaux en 2008, il en a doublé la superficie avec le rachat du vignoble du château Haut-Milon. L'ancien chai n'était plus suffisant pour accueillir la production de 50 hectares, désormais il est dimensionné pour 70 ha. « Nous nous sommes doté du meilleur outil pour produire les meilleurs vins possibles à Pauillac. Techniquement, on pouvait difficilement faire mieux, il n'y a plus qu'à » lance ambitieux Emmanuel Cruse (directeur général de Pédesclaux).

Le château Pédesclaux n'était pas le seul à profiter des primeurs pour se dévoiler, les chais sino-girondins du château Marquis d'Alesme (Margaux) et la tour du château Gruaud Larose (Saint-Julien) se montraient également aux prescripteurs et négociants. D'autres propriétés se réservent encore pour Vinexpo. Après cinq ans de travaux, les chais du château Margaux doivent ainsi être livrés pour le prochain mois, avec une inauguration en juin. Conçu par l'architecte Norman Foster, « le nouveau chai ne tuera pas l'harmonie des bâtiments bicentenaires. Sous un toit apparemment traditionnel se trouve toute la technologie du XXIème siècle » annonce Paul Pontalier, le directeur général du château Margaux.

 

 

 

 

[Photos : aperçus du château Pédesclaux ce 30 mars 2015]

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé