Accueil / / Bouchons agglomérés : les capacités de production de Diam vont frôler les 2 milliards d'unités

Bouchons agglomérés : les capacités de production de Diam vont frôler les 2 milliards d'unités

Par Alexandre Abellan Le 13 janvier 2015
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Bouchons agglomérés : les capacités de production de Diam vont frôler les 2 milliards d'unités
L

a construction en France d'une unité de traitement des farines de liège « est un saut » pour la société Diam Bouchages, selon Pascal Popelier, son responsable communication. Livrée en juin 2015, cette deuxième chaîne de purification au gaz carbonique supercritique (le procédé Diamant*) va marquer un véritable palier dans la commercialisation des bouchons Diam. La filiale du groupe Oeneo verra alors son potentiel de traitement des bouchons agglomérés passer de 1,2 milliards d'unités à 1,9 milliards d'unités. Complétant la production réalisée à San Vicente de Alcántara (Espagne), l'usine pyrénéenne de Céret va permettre à Diam de frôler la barre symbolique des 2 milliards de bouchons. Et le bouchonnier pourrait encore monter sa capacité de traitement un cran au-dessus. « Nous réfléchissons déjà au projet suivant, une troisième unité de traitement. Si nous arrivons de nouveau à saturation de l'outil, il faudra une croissance, mais pas avant quelques années » précise Pascal Popelier.

La ville catalane de Céret accueille déjà le siège social de Diam Bouchages, ainsi que sa plus importante usine de production des bouchons effervescents. Le chiffre d'affaires de Diam s'élève à 100 millions d'euros. La construction de l'unité de traitement de Céret représenterait un investissement de 30 millions d'euros. Se donnant pour objectif de produire les bouchons permettant la meilleure conservation aromatique des vins, Diam « travaille aujourd'hui sur le visuel plus que sur la technique, afin de se rapprocher le plus possible de l'aspect du bouchon traditionnel. C'est un travail de maquillage pour rendre le bouchon plus joli » résume Pascal Popelier.

 

 

* : procédé breveté, la méthode Diamant débarrasse le liège des arômes responsables des déviations organoleptiques (notamment le tichloroanisole).

 

 

[Illustration : Diam Bouchages]

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé