Accueil / Commerce/Gestion / Exportations 2014 : bulles qui rient, vins tranquilles AOP qui pleurent

Pour la première fois depuis 2009, les exportations françaises de vins français sont en baisse en...
Exportations 2014 : bulles qui rient, vins tranquilles AOP qui pleurent

Par Juliette Cassagnes Le 25 décembre 2014
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Exportations 2014 : bulles qui rient, vins tranquilles AOP qui pleurent
L

es neufs premiers mois de l’année 2014 seront-ils représentatifs de l’année complète ? Ou les trois derniers mois restants parviendront-ils à redresser la barre? Si tel n'est pas le cas, pour la première fois depuis 2009, les exportations françaises de vins français seront en baisse, à la fois en valeur et en volume. Jusqu’à présent, la tendance à la baisse concernait uniquement les volumes expédiés, mais le chiffre d’affaires était parvenu à se maintenir. Désormais, les deux indicateurs décroissent : le recul est de 1% en volume et de 3% en valeur par rapport aux neuf premiers mois de 2013.

Mais derrière cette tendance globale se cachent d’importantes disparités. La baisse est en effet le seul fait des vins AOP tranquilles, qui tirent l’ensemble des catégories de vins à la décroissance. Ce type de vins enregistre de mauvaises performances sur 2014, avec -5% en volume et -11% en valeur, liés à une baisse des prix. A l’inverse, le Champagne et les effervescents français continuent de très bien s’exporter, avec toujours plus de volumes et de chiffres d’affaire dégagé : pour le premier, ils progressent de +6% en volume et de +9% en valeur, pour les seconds, de +4% en volume et de +9% en valeur.

Le champagne enregistre de bonnes progressions sur les marchés italien et australien, respectivement septième et huitième marchés exports de ce produit sur la période considérée, mais recule sur le marché belge (5ème). Concernant les effervescents, leurs exportations se développent de façon notable sur les marchés américain et britannique où, bien que restant sur des volumes faibles, elles affichent une croissance de près de 20 % en volume par rapport à 2013.

Reste désormais à savoir si les trois derniers mois de l’année, déterminants notamment pour le Champagne, feront changer les tendances...

crédit graphique: FranceAgriMer

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé