LE FIL

Les courtiers en vins exemptés de réforme des professions réglementées

Lundi 08 décembre 2014 par Alexandre Abellan La Vigne - Vitisphere

Les courtiers en vins exemptés de réforme des professions réglementées

Présenté le 10 décembre prochain en Conseil des Ministres, le projet de loi sur la croissance et l'activité « ne comporte plus de mesures concernant les courtiers en vin » vient de confirmer à Vitisphere le cabinet du ministre de l'Economie, Emmanuel Macron*. La réforme des professions réglementées ne remettrait donc pas en cause les obligations de stage et d'examen permettant l'obtention de la carte de courtier de campagne. Si ces intermédiaires ne sont pas en situation de monopole, des experts estimaient que cet examen d'aptitude était la cause du petit effectif affiché par la profession (moins de 400 courtiers). En place depuis 1997, ce filtre de formation et de qualification a été soutenu par les représentants de l'ensemble la filière. La CNAOC, FranceAgriMer et l'UMVIN ont notamment souligné le risque d'insécurité qui pèserait sur les contrats en cas de libéralisation du métier.

Restant prudente après 6 mois de mobilisation, la Fédération Nationale des Syndicats de Courtiers en Vins et Spiritueux attend l'officialisation du projet gouvernemental pour se réjouir. Président de la FNSCVS, le courtier bourguignon Jérôme Prince soulignait récemment que la profession restait « ouverte à des aménagements, tout en gardant l'essentiel de ce filtre qui n'a pas pour but de bloquer, mais d'assurer une motivation (75 % des candidats décrochant leur carte) ».

 

 

* : Bercy précise rejeter ainsi une proposition faite par le Secrétaire d’Etat à la Simplification, Thierry Mandon.

 

 

[Illustration : Syndicat Régional des Courtiers de Vins et Spiritueux de Bordeaux, de la Gironde et du Sud-Ouest]

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé