Accueil / Viticulture / La confusion sexuelle se réinvente pour lutter contre les vers de la grappe dans les vignes
La confusion sexuelle se réinvente pour lutter contre les vers de la grappe dans les vignes
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin

Biocontrôle
La confusion sexuelle se réinvente pour lutter contre les vers de la grappe dans les vignes

Deux sociétés devraient proposer prochainement de nouvelles solutions pour lutter contre les vers de la grappe par confusion sexuelle.
Par Christelle Stef Le 02 décembre 2021
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
La confusion sexuelle se réinvente pour lutter contre les vers de la grappe dans les vignes
Auréliane Bekkal et Geoffrey Hamain de Corteva présentent leur nouvelle solution de lutte contre l'eudémis par confusion sexuelle - crédit photo : Christelle Stef
A

l’occasion du salon Sitevi qui se tient à Montpellier du 30 novembre au 2 décembre, Corteva a mis en avant une nouvelle solution de lutte contre l’eudémis par confusion sexuelle dont elle attend l’homologation prochainement. « L’innovation vient du mode d’application de la phéromone », explique la firme. Exit les diffuseurs. Dans la solution de Corteva : la phéromone est contenue dans une matrice cireuse et s’applique directement sur le cep de vigne par spot à l’aide d’un pistolet à gâchette, à raison de 500 spots par hectares.

Efficacité équivalente à la référence du marché

Les avantages ? La solution est biodégradable, sans odeur et sans résidus de plastique. Lors de la pose, l’utilisateur n’a aucun contact manuel avec la solution. La phéromone s’active quand le produit est sec : l’applicateur n’est donc pas incommodé au moment de la pose. Quant à l’efficacité : « Elle est équivalente à la référence du marché », assure Corteva.

Une solution de phéromones micro-encapsulée chez De Sangosse
De son coté De Sangosse travaille avec Suterra sur une formulation liquide de phéromones micro-encapsulée qui pourra se pulvériser sur les vignes comme un insecticide classique. Cette solution permettra de cibler la deuxième et la troisième génération de l’eudémis. Sa persistance d’action sera de trois à quatre semaines selon la dose utilisée. « On attend l’AMM pour 2022 pour une utilisation en 2023 », espère Johanna Sigel, chef marché vigne chez De Sangosse.

Koppert mise sur les nématodes

Koppert teste actuellement sur vigne l’utilisation de nématodes entomopathogènes pour lutter contre les vers de la grappe, cryptoblabes et les cicadelles. Ces nématodes agissent en parasitant les larves de ces ravageurs. Ces nématodes que développent Koppert se trouvent en solution dans un produit que l’on pulvérise sur la végétation

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé