LE FIL

Grands crus

Ballande & Méneret prend la direction d’un retour à la stabilité

Vendredi 10 septembre 2021 par Alexandre Abellan

Florian Malpuech affirme la volonté de faire de Ballande & Méneret « un négoce moderne, fort d'une équipe dirigeante jeune, dont la mixité et la diversité seront les atouts ».
Florian Malpuech affirme la volonté de faire de Ballande & Méneret « un négoce moderne, fort d'une équipe dirigeante jeune, dont la mixité et la diversité seront les atouts ». - crédit photo : DR
Le négoce bordelais se dote d’un nouveau directeur général, Florian Malpuech, avec la ferme intention de couper court à la phase d’apparent ballotement, avec le projet de rapprochement avec la Sovex, ayant alimenté les spéculations extérieures.

Comptant parmi les plus importants négoces de grands crus de la place de Bordeaux, la maison Ballande & Méneret (groupe Ballande) affirme son retour à la stabilité après une période agitée. « Il y a eu du chahut, ce qui est normal de temps en temps dans un groupe familial » résume Florian Malpuech, l’actuel directeur commercial du négoce, qui va en prendre la direction générale ce 22 septembre. Avec ce quatrième directeur en trois années, le négoce compte rassurer définitivement ses partenaires après des changements de directions et d’orientations stratégiques.

Florian Malpuech prend la suite de Nicolas Pradeau, directeur plus technique qu’opérationnel issu du groupe Ballande. Nicolas Pradeau avait pris ses fonctions en juillet 2020 à la suite de Daniel Immacolato, jusqu'alors directeur de la Sovex Grands Châteaux (également propriété du groupe Ballande). Daniel Immacolato était lui-même le successeur de Frédéric Olivar (en août 2019). Cette valse de dirigeants s’est cristallisée autour du projet de rapprochement entre Ballande & Méneret et Sovex Grands Châteaux, approche portée de 2019 à 2020 par Daniel Immacolato. Dirigeant à l’époque le marché asiatique pour Ballande & Méneret, Florian Malpuech jugeait cette réunion contre-nature, les deux négoces ayant pour lui des histoires et métiers différents (les grands crus pour Ballande & Méneret, les marques et château pour la Sovex). Pour marquer son désaccord, Florian Malpuech a démissionné début 2020, rejoignant un autre négoce bordelais, LDVins. Le projet de rapprochement entre Ballande & Méneret et la Sovex avortant en mars 2020, le groupe Ballande a rappelé son ancien directeur de marché Asie, en le promouvant à la direction commerciale en juillet 2020. Poste qu’il conservera avec la prise de direction générale ce mois de septembre 2021.

Nouveau chapitre

Ayant causé de nombreuses interrogations sur la place de Bordeaux, ces changements de direction tiennent désormais de l’histoire ancienne pour Florian Malpuech. Le négociant reconnaît que de la fin 2018 à la mi-2020, les résultats ont été compliqués pour Ballande & Méneret à la suite de perceptions d’instabilité par des propriétés et des courtiers (conduisant à des baisses d’allocations). Mais désormais, la page est tournée pour Florian Malpuech, qui annonce un retour à des résultats « d'avant », avec notamment des ventes en primeur 2020 atteignant les résultats des primeurs 2015. Sur 2021, le négociant vise un chiffre d’affaires de 83 millions d’euros.

« Ballande & Méneret n’a jamais été aussi fort qu’aujourd’hui. Nous pouvons nous appuyer sur de bonnes relations avec les propriétés et une équipe commerciale dynamique (où il n’y a pas eu de départ, à part moi) » souligne Florian Malpuech, qui va poursuivre la diversification des marchés du négoce. Si l’Asie reste une zone d’activité importante pour Ballande & Méneret, de nouveaux marchés sont prospectés pour répartir les risques et « proposer à nos partenaires producteurs une distribution de qualité et éclatée ». Un troisième stock déporté va ainsi s’ouvrir aux États-Unis, tandis que l’Amérique latine et l’Europe de l’Est continuent à être des axes de développements avec des personnels dédiés. « Et surtout spécialisés. Nous ne faisons pas de vente par correspondance, les collaborateurs sont sur place pour avoir la connaissance et prendre le pouls en temps réel des marchés » précise Florian Malpuech, qui en veut pour preuve les 4,2 millions € de chiffre d’affaires additionnel réalisés en Europe de l’Est et en Amérique du Sud.

Parcours

Diplômé de l’IUT Tech de Co alimentaire de Périgueux et de l’IAE management à la Rochelle, le négociant a passé un an en Chine pour peaufiner sa maîtrise du mandarin (« dans une ville peu connue à l’époque, Wuhan »). Parlant aussi coréen, Florian Malpuech est rentré dans le monde vin avec un premier emploi dans l’Entre-deux-Mers (deux ans chez les vignobles Dulong) avant de rejoindre le groupe Picard en Bourgogne (durant six années), puis le groupe Ballande en 2014 (d’abord pour la marque André-Corton, cédée à la maison Béjot).

 


 

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé