LE FIL

Bientôt le trop-plein sur les étiquettes de vin ?

Vendredi 23 juillet 2021 par Alexandre Abellan

Adoptée ce 20 juillet en commission mixte paritaire, la loi Climat pourrait toucher la filière vin en matière de réemploi des bouteilles (sous réserve d’étude d’impact environnemental) et de gestion des Zones de Non-Traitement (avec des espaces de transition aménagés par les promoteurs), mais également en matière d’étiquetage. Le premier article du texte impose en effet « un affichage destiné à apporter au consommateur une information relative aux caractéristiques environnementales [obligatoire] après une phase d’expérimentation [et faisant] notamment ressortir, de façon facilement compréhensible pour les consommateurs, l’impact en termes d’émissions de gaz à effet de serre des biens et services sur l’ensemble de leur cycle de vie ».

Les bouteilles, BIB et autres contenants seraient concernés par cette expérimentation d’affichage environnemental, dont les modalités de mise en place sont encore à définir. A commencer par son calendrier, son périmètre d’application (l’Analyse de Cycle de Vie pouvant avoir des résultats totalement différents selon les critères retenus), son mode d’application (calcul par produit, par opérateur, par type de produit…) et ses indicateurs (des ONG proposent un Planet Score précisant « l’usage des pesticides » et « les atteintes à la biodiversité »). Dans le vignoble, des outils de mesure de l’impact carbone émergent. Comme l’Agribalyse, un score environnemental assez générique (comme ici pour « vin rouge »). Plus précis, le Label Bas Carbone Vigne est en cours de développement par l’Institut Français de la Vigne et du Vin (IFV), qui souhaite le boucler en 2022 (mais il s’agit d’un outil de certification de projets vertueux, pas d’un label produit).

Si la proposition de la loi Climat se concrétise, la filière vin va devoir s'habituer à une nouvelle surcharge d'informations sur ses étiquettes. Si vous pensiez que les emballages de vin étaient déjà trop encombrés (mention des allergènes, logo femme enceinte, triman…), sachez qu’au-delà de cette possible expérimentation de l’affichage environnemental, il y aura également l’ajout d’un label nutritionnel et d’un QR Code pour les ingrédients sur le marché européen dans les prochaines années. La réglementation imposant son mille-feuille, serait-ce l’occasion de révolutionner les étiquettes de vin ? Et de les réduire aux seules informations nécessaires ? Notamment en se séparant des poncifs éculés qui semblent toujours plus déconnectés du marché (clichés sur « la cuvée issue des meilleures coteaux », des accords mets et vins datés type « gibier » et autres « lièvres à la royale »…).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé