LE FIL

Le vignoble sous l’eau

Vendredi 16 juillet 2021 par Alexandre Abellan
Article mis à jour le 19/07/2021 07:34:52

2021, quelle apnée ! Après un gel aux dégâts nationaux et une série d’aléas plus locaux (de la coulure à la grêle, en passant par des tornades), le vignoble continue d’être débordé par ce millésime. Dans les parcelles, les exploitants et techniciens sont littéralement sous l’eau. Alors que l’été peine à s’installer, les pluies diluviennes usent le moral viticole, inondent certaines caves et rendent inaccessibles des rangs de vigne.

Le cocktail météo est explosif : la pression mildiou est sans pitié, l’oïdium est en embuscade et le nombre de traitements atteint déjà des niveaux impressionnants dans de nombreux bassins viticoles. Tendus, les travaux dans les vignes sont rendus particulièrement difficiles par les multiples urgences viticoles.

Dépassé, le vignoble français l’est également par l’incertitude sur ses futurs rendements. Si les gelées ont mis en débat la création de réserves qualitatives, encore faudrait-il pouvoir en constituer ponctuellement. Les années difficiles ne semblent plus être l’exception, mais devenir une forme de norme. Et il il n’est pas dit que d’ici quelques jours/semaines la chaleur estivale ne s’installe pas pour durer. Sous l’eau, le vignoble passerait sous le coup de chaud.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
J.Henry DAVENCE Le 19 juillet 2021 à 10:00:46
Mr Abellan ce n'est pas aux lecteurs de vitisphère que vous devez adresser vos excuses (sincères) mais à tous les salariés viticoles qui en cette année difficile, lutte contre le gel, pousse de la vigne intensive et grosse pression phytosanitaire font que nous avons encore l'espoir de récolter un peu de raisin...en partie grâce à eux. Merci.
Alexandre Abellan pour la rédaction Le 19 juillet 2021 à 07:34:32
Bonjour à tous et toutes, je vous présente toutes mes plus plates excuses pour cette phrase en effet déplacée et infondé. Elle vient d'être retirée et je vous remercie pour vos alertes. Restant à votre disposition
Paul Le 18 juillet 2021 à 09:51:08
Bonjour, Je trouve très mal placée la remarque sur les salariés d'exploitations. Et appuyer son jugement en qualifiant la règle d'immuable ! Indigne de la part du rédacteur en chef "adjoint" et de Vitisphère.
PhilippeP Le 17 juillet 2021 à 13:44:17
J'invite Mr Alexandre Abellan à venir travailler un jour de pluie à l'épamprage, à l'ébourgeonnage ou au relevage : c'est tellement drôle et efficace que, dans bien des domaines, on en profite pour aller travailler au sec en cave, à l'étiquetage ou sur les vins, à l'entretien matériel ou autre... Et d'autres travaillent aussi sous la pluie et ce sont généralement des prestataires ou des saisonniers, mal payés pour le travail qu'ils font, qui avancent malgré 3 kg de boue à chaque pied. Vos propos sont vraiment déplacés Mr Alexandre Abellan et traduisent une méconnaissance du terrain
Lingot Mathieu Le 17 juillet 2021 à 09:19:38
Vos propos concernant la motivation des employés viticoles sont honteux. J espère rapidement que vous apporterez vos excuses dans votre prochaine édition. Étant oenologue conseil et fils de viticulteur, je suis en contact avec de nombreux domaines viticoles. Je peux vous confirmer que les efforts des salariés sont nombreux pour emmener ce millésime compliqué avec la meilleure qualité possible.
VignerondeRions Le 16 juillet 2021 à 19:02:08
Oui nous vivons une année compliqué, qui est accentué par les stratégies de traitement sur le fil, avec des produits moins dangereux et moins efficace, avec des sous dosages qui ne résistent pas en cas de pression, et des vignes non traités qui sont des bombes à retardement. On touche la réalité de la vie du vigneron qui après tout ces aléas climatiques, doit aussi assumer des choix sociétaux, sans que ceux ci ne soient financés. J'ai en souvenir indélébile une phrase d'introduction de réunion du technicien de la chambre d'Agriculture, "il va falloir apprendre à perdre de la récolte"... C'est facile à dire, mais moins facile à faire, car c'est notre salaire qui part en fumé, notre capacité d'investissement, donc l'avenir qui s'éteint. Si cela continu de cette manière, il n'y aura plus de kamikaze pour essayer de faire vivre une exploitation.
Paul Le 16 juillet 2021 à 18:28:12
"dès qu’il pleut, les employés ne manquent pas d’excuses pour s’absenter et laisser le domaine débordé par de multiples urgences." Tout à fait d'accord avec Rémi, c'est une honte d'écrire cela pourquoi de tels propos dénigrants les employés ? Avec mon équipe nous sommes complètement mobilisés pour faire face à de telles situations, cela fait partie de notre travail, des fois il fait chaud/froid/il pleut, ces conditions sont inhérentes au travail de la terre et nous l'avons choisi. Nous avons un objectif commun, produire des beaux raisins pour faire des bons vins et satisfaire nos clients.
Rgastineau Le 16 juillet 2021 à 16:36:38
toute ma solidarité avec les vignobles ravagés et désormais les pieds dasn l'eau: quelle année de m...!!!
Rémi Le 16 juillet 2021 à 13:04:44
"dès qu’il pleut, les employés ne manquent pas d’excuses pour s’absenter et laisser le domaine débordé par de multiples urgences." Vous devriez avoir honte de vos propos. Avec plus de 10 années de gestion de châteaux je n'ai jamais constaté cela. Sortez de votre bureau, arrêtez surtout d'écrire, et allez dans les vignes!
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé