Accueil / Politique / Une bonne et une mauvaise nouvelle pour la filière vin dans la prochaine PAC

Transition et budget
Une bonne et une mauvaise nouvelle pour la filière vin dans la prochaine PAC

La Politique Agricole Commune 2023-2027 va créer de nouveaux véhicules réglementaires pour amener les subventions européennes aux vignerons et aux négociants.
Par Alexandre Abellan Le 12 avril 2021
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Une bonne et une mauvaise nouvelle pour la filière vin dans la prochaine PAC
Avec le futur Plan Stratégique National (PSN), ce sera « la première fois que l’on aura document [réunissant] les paiements directs, les interventions spécifiques pour les vins et légumes et le développement rural » indique le ministère de l’Agriculture. - crédit photo : Conseil Européen
E

n parallèle des négociations à Bruxelles sur la prochaine Politique Agricole Commune 2023-2027 (PAC), le ministère de l’Agriculture mène des concertations pour préparer la déclinaison française du Plan Stratégique National (PSN), et anticiper sa mise en place (dès le premier janvier 2023). Se donnant l’objectif de finaliser le PSN cet été (avant une consultation publique pour l’automne), le cabinet du ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, compte annoncer ses arbitrages sur le premier pilier de la PAC courant avril.

Restant intégrées au premier pilier de la PAC, les subventions européennes de l’Organisation Commune du Marché Vitivinicole (OCM vin) ne va plus prendre la forme d’un Programme National d’Aides de la filière vin, mais va devenir une partie intégrant du futur PSN. Ayant suscité des craintes d’année blanche en 2022 dans la filière vin, les modalités de la période de transition entre PNA et PSN ne doivent désormais plus inquiéter selon le ministère de l’Agriculture : « il est hors de question évidemment que l’on ait une année blanche » évacue la rue de Varennes, indiquant que la totalité de la PAC sera maintenue en 2021 et 2022.

-3,9 % pour l’OCM vin

Si cette nouvelle peut soulager la filière vin, la question du budget de l’OCM vin risque d’alimenter les déceptions. La baisse annoncée de 3,9 % de l’enveloppe de l’OCM vin semble définitivement actée, représentant une baisse de 10 millions d’euros sur l’enveloppe française annuelle de 280 millions €. Evoquant des équilibres à prendre dans leur globalité, le ministère de l’Agriculture indique que ce « qui fait le revenu d’un ménage, ce n’est seulement l’héritage qu’il peut toucher de temps en temps ou le salaire de tel ou tel. C’est l’ensemble des recettes et des dépenses qu’il faut prendre en compte. »


 

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2022 - Tout droit réservé