LE FIL

Biais quotidien

Vendredi 05 février 2021 par Marion Sepeau Ivaldi

Bonne nouvelle, Axel Kahn lit Vitisphere. Mauvaise nouvelle, il n’aime pas l’article concernant une seconde étude taïwanaise qui vient confirmer que les polyphénols du raisin (qui se retrouvent dans le vin) bloquent l’infection du Covid. France Bleu Bourgogne s’était déjà intéressée à cette nouvelle en interviewant la rédaction il y a quelques semaines. Il est vrai qu’il est tentant de faire un raccourci, en comprenant que ces nouvelles scientifiques invitent à lever le verre plus que de raison pour se prémunir du Covid (ndlr : nous avons d'ailleurs changer le titre de l'article qui prêtait à confusion, nous nous en excusons). Mais à Vitisphere, nous savons de quoi nous parlons, pour boire du vin et, tout de même, avoir été touché par la maladie. Comme d’ailleurs certains œnologues qui souffrent encore d’anosmie. Non, Vitisphere ne milite pas pour que la consommation de vin augmente pour se protéger du virus. Vitisphere a toujours défendu une consommation raisonnée qui ne mette pas en danger la santé, n'en déplaise à ceux qui aiment nous qualifier de "presse du lobby du vin". Transformer les informations, pour y voir autre chose que ce qu’il y a à voir est devenu un biais quotidien auquel se prête vous, nous et même les plus grands penseurs censés prendre du recul, recul difficile à prendre quand la réactivité est devenue impérieuse. Nous le comprenons. De même que nous comprenons que nos articles lus par d’autres personnes de la filière puissent les interprêter selon leurs propres logiques et valeurs de pensée. Nous choisissons de publier cette information car elle interroge sur les débouchés du vin. Et notamment celles des distilleries condamnées à innover pour stopper la dépendance de cette filière aux subventions européennes. Une tribune à ce sujet sera d’ailleurs bientôt à lire sur notre site. Et si nous savons que nous allons choquer en publiant cette information, c’est plutôt la filière encline à ne pas envisager d’autres débouchés que celle du flacon. Certainement pas les grands penseurs qui twittent sur un résultat scientifique qui dérange quand il est pris au premier degré. Et surtout, quand sa mauvaise interprétation sert l’actualité et une certaine vision de la place de l'alcool sur la table des Français.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
NOEL-FOURNIER Daniel Le 07 février 2021 à 08:12:26
Félicitations pour votre commentaire sur les propos de Kahn . Le COVID a révélé que tous ces grands talents parisiens ont un avis sur TOUT et sont tous mobilisés autour de leurs fantasmes. Au lieu de se regarder le nombril,ils feraient mieux de mesurer leurs paroles qui contribuent un peu plus à la démoralisation générale .
g.maitre Le 05 février 2021 à 15:12:38
Et en plus vous persistez... ce n'est pas le résultat scientifique qui dérange, c'est votre titre, même modifié, qui dérange. Vous parlez de recul, mais après un titre initial inexact et racoleur votre titre modifié continue à induire en erreur. Où est la protection ? Est-on censé se badigeonner de vin et se noyer dedans pour s'en tapisser nez et poumons ? Vous êtes affligeants, du niveau de Trump qui se demandait si on ne pourrait pas boire du désinfectant pour éviter l'infection !
Hervé Lalau Le 05 février 2021 à 14:21:44
Très bien dit, Madame Ivaldi.
Curassier Le 05 février 2021 à 13:49:42
Rien à dire sur le fond mais il serait bon de ne pas faire de fautes d orthographe Merci
de Roany Le 05 février 2021 à 12:44:42
Bien dit ! et à tous les niveaux.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé