LE FIL

Languedoc

Le vigneron Samuel Masse préside les jeunes agriculteurs européens

Mercredi 20 janvier 2021 par Alexandre Abellan

En 2018, Samuel Masse était au cœur d’un clip de promotion télévisée du territoire des Vins Pays d’Oc IGP.
En 2018, Samuel Masse était au cœur d’un clip de promotion télévisée du territoire des Vins Pays d’Oc IGP. - crédit photo : InterOc
Des plans de relance à la politique agricole commune, les sujets de mobilisation ne manquent pas pour le nouveau président du Conseil Européen des Jeunes Agriculteurs.

Ce 19 janvier, Samuel Masse prend la présidence du Conseil Européen des Jeunes Agriculteurs (CEJA). Vigneron en conversion bio à Saint-Bauzille-de-Montmel (Hérault), il succède à l’éleveur laitier belge Jannes Maes, qui quitte la présidence « suite à une opportunité professionnelle » précise un communiqué. Elu vice-président en 2019, Samuel Masse prend sa suite jusqu’aux élections du CEJA qui auront lieu cet été.

Si l’intérim s’annonce court, il sera encore plus dense, les sujets de mobilisation ne manquant pas à Bruxelles. En plus de la Politique Agricole Commune, « les plans stratégiques nationaux et les plans de relance pour aider à l’investissement et au rebond des jeunes agriculteurs d’Europe. L’ambition verte européenne, le Green Deal (avec les grandes stratégies « de la fourche à la fourchette » et de biodiversité) où n’apparaissent pas les jeunes alors qu’il s’agit d’orientation pour 2030-2050 (il est bizarre de ne pas y parler du renouvellement des générations) » esquisse Samuel Masse, qui rappelle que « notre cœur de travail [au CEJA] est la défense des jeunes dans le contexte politique européen. Ce sont des orientations agricoles plus générales. »

"Les efforts du vignoble ne sont pas pris en compte"

Avec son frère, Geoffrey Masse, le vigneron exploite la vingtaine d’hectares de vignes du domaine de Favas (dont 80 % de la production est apportée à la coopérative). Ayant amorcé sa conversion à la bio en 2018, il sera certifié en 2021. Une démarche qui exacerbe pour Samuel Masse l’écart entre les demandes politiques et la réalité du terrain : « les efforts du vignoble ne sont pas pris en compte », en témoignent les objectifs du Green Deal, « comme réduire de 50 % les pesticides, ce qui est déconnecté de la diversité des agricultures et des territoires. L’impact est différent entre un vignoble de coteau et de plaine… »

Quittant son siège au conseil spécialisé vin de FranceAgriMer, Samuel Masse reste administrateur desPays d'Oc.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé