Accueil / Commerce/Gestion / Les champagnes Nicolas Feuillatte répondent aux sanctions de l'autorité de la concurrence

Distribution ultramarine
Les champagnes Nicolas Feuillatte répondent aux sanctions de l'autorité de la concurrence

Défendant ses pratiques commerciales, l'union coopérative prend acte de la décision administrative et se réserve la possibilité de faire appel.
Par Alexandre Abellan Le 02 novembre 2020
article payant Article réservé aux abonnés
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Les champagnes Nicolas Feuillatte répondent aux sanctions de l'autorité de la concurrence
Pour Christophe Juarez, « la politique commerciale de Champagne Nicolas Feuillatte ne nuit ainsi nullement au pouvoir d’achat des consommateurs ultra-marins ». - crédit photo : CCI
L

e Centre Vinicole-Champagne Nicolas Feuillatte (CV-CNF) « réaffirme que les champagnes de la marque Nicolas Feuillatte sont vendus à des conditions similaires en Martinique, à Saint Barthélémy et à Saint Martin et en France Métropolitaine, seuls les taux de fiscalité locale étant différents » indique Christophe Juarez, le directeur du CV-CNF dans un communiqué ce 2 novembre. L’union coopérative prend acte de sa condamnation, ce 29 octobre, à 216 000 euros d’amende par l’Autorité de la Concurrence, pour des contrats de distribution exclusive des vins des champagnes Nicolas Feuillatte dans les Antilles (îles de Saint-Martin, Saint-Barthélemy et Martinique) en contravention de la loi du 20 novembre 2012 relative à la régulation économique outre-mer (dite loi Lurel).

Mais « le CV-CNF souhaite cependant rappeler que le choix de ses partenaires locaux se fait sur des critères objectifs qui visent uniquement à répondre aux exigences de qualité qui sont les siennes, ainsi qu’à celles du consommateur » précise Christophe Juarez, qui note l’importance de « la compétitivité prix [pour le] processu de distribution ».

Forte pression concurrentielle

En ce sens, le rapport de l’Autorité de la Concurrence reconnaît que « le grand nombre de marques concurrentes, d’une part, et les fortes variations de part de marché de Nicolas Feuillatte (entre 13 et 54 % selon les mois), d’autre part, peuvent indiquer que cette entreprise est effectivement soumise à une forte pression concurrentielle de la part des marques concurrentes ».

Le CV-CNF annonce se garder la possibilité d’émettre un recours.

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (0)

Pas encore de commentaire à cet article.
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé