LE FIL

Distillation de crise

L’Europe autorise la France à apporter un soutien supplémentaire à ses vignerons

Jeudi 13 août 2020 par Marion Bazireau

La France a estimé qu'elle devrait retirer un total de 3,3 millions d'hectolitres de vin du marché français.
La France a estimé qu'elle devrait retirer un total de 3,3 millions d'hectolitres de vin du marché français. - crédit photo : DR
La Commission européenne a décidé d’autoriser la France à couvrir le coût des volumes supplémentaires de vin envoyé à la distillation.

Ce 13 août, la Commission européenne a annoncé dans un communiqué avoir adopté une décision autorisant la France à apporter un soutien supplémentaire aux producteurs de vin par la distillation de crise.

« La réduction de la production d'un million d'hectolitres était insuffisante. La France a estimé qu'elle devrait retirer un total de 3,3 millions d'hectolitres de vin du marché français. Grâce à la décision d'aujourd'hui, les paiements nationaux couvriront les coûts du volume supplémentaire pour la distillation de crise » indique la Commission.

83€/hl pour les AOP, 63€ pour le reste

Le niveau du paiement national devrait être fixé à 83 euros par hectolitre de vin portant une appellation d'origine protégée ou une indication géographique protégée et à 63 euros par hectolitre de vin sans appellation d'origine protégée ou indication géographique protégée.

« Cette décision vient s'ajouter à un ensemble de mesures exceptionnelles de soutien au secteur vitivinicole adoptées par la Commission le 7 juillet 2020 » rappelle le communiqué.

A cette date, la Commission a autorisé les États membres à verser des avances aux opérateurs pour les opérations de distillation et de stockage de crise en cours. Ces avances peuvent couvrir jusqu'à 100 % des coûts et permettront aux États membres d'utiliser pleinement les fonds de leur programme national de soutien pour cette année.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Vigneronderions Le 17 août 2020 à 11:00:10
Non Bourvil, je ne crois pas que le Président et le premier ministre soient responsable, nos inter-professions savent très bien y arriver toute seule. Chez nous les petits arrangements entre amis sont bien plus nocifs que les politiques gouvernementales. De plus nos systèmes électoraux dépassés protègent tout ce petit monde d'affairistes. Nous ne votons jamais pour un programme, pour des objectifs à atteindre. Nous désignons des représentants, dont nous ignorons parfaitement ce qu'ils vont défendre, ni quel programme ils vont appliquer. Le meilleur moyen de ne pas atteindre des objectifs collectifs c'est de ne pas en avoir de validé par l'ensemble de la filière. La seule responsabilité des gouvernements, c'est de laisser perdurer ce système de l'après guerre, sans obliger les évolutions. Nos représentants ont cependant tous les pouvoirs pour imaginer des organisations nouvelles, ce qu'ils se gardent bien de faire.
bourvil Le 16 août 2020 à 10:45:13
Ou est la cohérence ?, pour la première tranche le tableau s'établissait ainsi, 0,78€ hl pour les vins A.O.C, et 0,58€ hl pour les vins sans A.O.C,il faut arrêter cette mascarade, soyons plus inventifs que ces incompétents que sont ces énarques Macron, Castex ......qui vont mener tout le continent dans la misère. Il faut réagir immédiatement, sinon sonnera le tocsin pour annoncer la marche funèbre de la filière viticole.
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé