LE FIL

Soutien gouvernemental

Horizon éclairci pour les salons techniques de fin d'année

Mercredi 29 juillet 2020 par Alexandre Abellan

« Aujourd’hui, il n’y a aucune raison de se poser de question sur l’évènement Vinitech en lui-même » indique Delphine Demade. « Aujourd’hui, Dionysud se tiendra » confirme Béatrice Nicollet.
« Aujourd’hui, il n’y a aucune raison de se poser de question sur l’évènement Vinitech en lui-même » indique Delphine Demade. « Aujourd’hui, Dionysud se tiendra » confirme Béatrice Nicollet. - crédit photo : Alexandre Abellan (archives Vinitech 2018)
Levant les seuils d’accès aux rendez-vous professionnels, l’exécutif affiche sa volonté d’un calendrier événementiel normal. Ce qui rassure les organisateurs, confiants dans la mise en place de protocoles sanitaires, mais prudents concernant l’évolution d’une pandémie imprévisible.

Recevant ce 27 juillet les représentants des organisateurs d’évènements, le secrétaire d’Etat chargé de l’Attractivité, Franck Riester, se montre rassurant sur la possible tenue de leurs rendez-vous de fin. Sur son compte Twitter, le ministre annonce que « c’est parce que [les grands événements professionnels représentent] un secteur clé que le gouvernement a décidé de permettre la réouverture des foires et salons professionnels à partir du premier septembre » en levant le seuil de 5 000 personnes à un instant donné.

Entre le soulagement modéré des organisateurs (déjà préparés à des protocoles sanitaires rigoureux) et les interrogations confuses du public (face au regain de clusters de coronavirus cet été), cette annonce permet l’organisation plus sereine des prochaines rendez-vous technique du vignobles : la foire de Châlons-en-Champagne (4 au 14 septembre), le salon Viti-Vini d’Epernay (13-16 octobre), le salon Dionysud de Béziers (3-5 novembre), le salon Vinitech-Sifel de Bordeaux (premier au 3 décembre)…

"Utilité publique"

« Cela nous conforte dans notre élan. Même si nous somme en dessous des 5 000 personnes à l’instant, comme le seuil est levé, il y a moins de question » résume Delphine Demade, la directrice du salon Vinitech (Congrès et Expositions de Bordeaux), pour qui cette annonce « valide la possibilité de continuer sur notre lancée. Les évènements sont reconnus, en quelque sorte, d’utilité publique pour l’économie française. »

Si l’annonce gouvernementale rassure les organisateurs, elle ne leur donne qu’une visibilité toute relative.  D'abord parce que les décrets ne sont pas encore publiés, mais ensuite parce qu’il existe de possibles différenciations territoriales prévient Béatrice Collet, la directrice du salon Dionysud et de GFA Events (filiale du Groupe France Agricole, à l’instar de Vitisphere). « Un préfet peut décider d’annuler un évènement selon la situation locale » précise l’organisatrice, qui en sait quelque chose, un arrêté préfectoral ayant annulé l’édition 2020 du salon Innov Agri (8 au 10 septembre dans le Loiret).

À date
Face à une situation covid19 très évolutive, les salons restent aussi vigilants que prudents. « La France et le monde entier sont dans l’attente et la crainte d’un rebond et d’un reconfinement partiel. Tous les salons ont cette épée de Damoclès au-dessus d’eux » confirme Olivier Goué, le chef de projet du salon Millésime Bio 2021 (SudVinBio).

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé