LE FIL

Un orage après l'autre...

Au moins 2000 ha de vignes touchés par la grêle ce weekend

Lundi 15 juin 2020 par Marion Bazireau

A Buzet, les grêlons ont été propulsés dans les vignes à l'horizontale.
A Buzet, les grêlons ont été propulsés dans les vignes à l'horizontale. - crédit photo : Michel Leyre
D'abord à Buzet et dans le Tarn vendredi, puis dans l’Hérault et le Gard samedi, la grêle a amputé la récolte de nombreux viticulteurs.

C’est le vignoble de Buzet qui a le premier fait les frais de la grêle du weekend. « Aucun modèle météorologique n’avait prévu l’orage et ceux qui étaient dehors n’ont rien vu venir » rapporte Pierre Philippe, Directeur général des Vignerons de Buzet.

L’orage s’est déclenché un peu avant 21h à Xaintrailles. Il est ensuite parti au nord-est en direction de Prayssas. « De petits grêlons propulsés à l'horizontale par un vent tempétueux ont traversé le feuillage » poursuit Pierre Philippe. Au total, 820 hectares ont été impactés sur les 1920 hectares en production chez les Vignerons de Buzet, la coopérative vinifiant 95% des vins de l’appellation.

Pas de récolte avant 2022

« 260 ha sont touchés à plus de 90%. La vigne n’y produira rien pendant 2 ans, se désole Pierre Philippe. Cela est d’autant plus rageant que les viticulteurs avaient beaucoup bossé pour maîtriser le mildiou et que nous allions rentrer dans une période enfin plus calme. » Au total, la cave devrait perdre 30% de volume.

Après Buzet, des orages ont éclaté dans le Gers et dans le vignoble gaillacois, l’orage s’est déclaré du côté de Rabastens et a sévi sur les deux rives du Tarn jusqu’après Senouillac. Entre 30 et 80% de la récolte serait détruite sur un millier d’hectares.

"Une centaine d’hectares au nord de Béziers "

Le lendemain, les orages ont sévi dans le Languedoc. « Ils ont été violents mais heureusement plus localisés » témoigne Jacques Rousseau, à l’Institut Coopératif du Vin. « La grêle a ruiné la moitié de la récolte d’une centaine d’hectares au nord de Béziers, sur les communes de Saint-Génies-de-Fontedit et Puimisson. »

Dans le Gard, la grêle est tombée autour de Moussac, au nord de Nîmes, et vers Vauvert sur l’appellation Costières de Nîmes. Elle y a fait moins de dégâts que dans l'Hérault. Jacques Rousseau touche du bois pour que ces incidents soient les derniers du millésime. « Malheureusement, ces aléas climatiques sont de plus en plus fréquents et je crains que ce soit la tendance pour les années à venir » prévient-il.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé