LE FIL

Le ver qui prolifère

Obama envahit la France

Mercredi 11 mars 2020 par Juliette Cassagnes

Photo prise en mai 2014 à Cabanac-et-Villagrains (Gironde): la boite est remplie de spécimens adultes, trouvés en un jour, qui illustre l’abondance de l’espèce dans certains jardins.
Photo prise en mai 2014 à Cabanac-et-Villagrains (Gironde): la boite est remplie de spécimens adultes, trouvés en un jour, qui illustre l’abondance de l’espèce dans certains jardins. - crédit photo : Sylvain Petiet, site peerj
Selon une récente étude de science participative, un ver plat originaire d'Argentine, Obama nungara, envahit actuellement les jardins, en France, à l’exception des zones montagneuses. Il est une menace potentielle pour la biodiversité des sols.

Un chercheur du Muséum national d'histoires naturelles de Paris, Jean-Lou Justine, a récemment publié les résultats d'une enquête de science participative sur un var plat terrestre invasif appelé « Obama nungara ». Pendant toute la durée de celle-ci, soit cinq ans et demi, de 2013 à 2018, 530 signalements ont été repertoriés en France puis analysés.

Le ver a été signalé dans 72 des 96 départements de France, ceux avec le plus grand nombre étant la Gironde, le Finistère, ou encore la Haute-Garonne. Plus généralement, l’espèce est particulièrement abondante le long de la côte atlantique, de la frontière espagnole à la Bretagne, et le long de la côte méditerranéenne, de la frontière espagnole à la frontière italienne. Seuls 24 départements n'avaient aucun signalement, principalement dans le Massif Central et le quart nord-est du pays.

Une reproduction ultra-rapide

Autre enseignement : il peut aussi être retrouvé en grande abondance localement, « avec des centaines de spécimens trouvés dans un seul jardin signalés à plusieurs reprises », indiquant qu'une zone envahie peut produire, par reproduction, une estimation de mille individus adultes par jour et par hectare.

« Les résultats de ce travail suggèrent donc fortement qu’O. nungara est une espèce hautement envahissante, résume le scientifique. La grande dispersion de l’espèce et son abondance locale, combinée à son caractère prédateur, font d’O. nungara une menace potentielle pour la biodiversité locale et l'écologie de la faune autochtone du sol en Europe . Le ver se nourrit en effet essentiellement de lombrics, mais aussi d'autres petits animaux du sol (escargots). Étant donné que l’espèce a des habitudes prédatrices sur les espèces de la faune du sol, son impact écologique est probablement élevé, mais n'a pas encore été étudié, ajoute Jean-Lou Justine.

Cette espèce, appartenant à la famille des Plathelminthes et qui a envahi plusieurs pays d’Europe, provient d’Argentine. L’origine de l’invasion est probablement le commerce international des plantes, car les adultes et les cocons peuvent facilement voyager dans des plantes en pot.

Pour consulter l'étude scientifique parue le 6 février 2020, c'est par ici

Pour signaler la présence d'Obama, c'est par là.

Photo d'illustration: Obama nungara mesure généralement de 5 à 8 centimètres de long, avec une face dorsale brunâtre (variant selon les spécimens de l’orange au presque noir), une face ventrale beige et un corps portant une tête pointue (CR: Pierre Gros, Tarn et Garonne)

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2020 - Tout droit réservé