LE FIL

Faute d’exceptionnel

Le château Rollan de By quitte les crus bourgeois du Médoc

Mardi 12 novembre 2019 par Alexandre Abellan

« Avec mes quatre propriétés [sélectionnées], je faisais partie des poids lourds des crus bourgeois » parle, au passé, Jean Guyon.
« Avec mes quatre propriétés [sélectionnées], je faisais partie des poids lourds des crus bourgeois » parle, au passé, Jean Guyon. - crédit photo : Domaines Rollan de By
Face à la perspective de ne pas figurer au sommet du prochain classement, la propriété annonce en finir avec son statut de cru bourgeois.

Cru bourgeois exceptionnel ou rien. Après avoir été un candidat au classement quinquennal des crus bourgeois du Médoc (dévoilé en février 2020, avec trois niveaux : cru bourgeois, supérieur et exceptionnel), le château Rollan de By a décidé de se retirer du processus de sélection. « J’ai posé un dossier et quand j’ai eu le retour des dégustations à l’aveugle, c’était pour me dire que mes vins étaient classés 4, hors des crus bourgeois. Mais une semaine après avoir réglé 500 euros [pour une nouvelle dégustation en appel], on me dit soudainement que mon château peut bien devenir un cru bourgeois. Mais qui sont ces dégustateurs ? Ce n’est pas sérieux ! » tempête Jean Guyon, à la tête des domaines Rollan de By.

Jugeant suffisamment installée auprès des critiques et consommateurs* la réputation de sa propriété, Jean Guyon tablait sur un classement en cru bourgeois exceptionnel de son principal château (80 hectares pour 450 000 cols/an en AOC Médoc). Au-delà du dépit le poussant à se retirer malgré « l’idée formidable d’une hiérarchie pour redonner de l’élan aux crus bourgeois », Jean Guyon lâche les coups et ses critiques.

"S'ouvrir au monde"

Pour lui, « le problème de ce classement c’est d’être porté par le jury de dégustation de QualiBordeaux. Personne ne sait qui sont ces juges, mais on est sûrs que ne s’y trouvent pas les grands critiques et sommeliers connus dans le monde. Il ne faut pas organiser derrière des rideaux des dégustations par une émanation de la filière bordelaise, mais s’ouvrir au monde avec un jury [d’influenceurs se réunissant] au grand jour. »

Ayant confiance dans la force de sa marque Rollan de By pour se passer de la mention cru bourgeois, le propriétaire compte maintenir le château Greysac resterait cru bourgeois, ayant la possibilité d’obtenir la mention supérieure. Installé en 1989 à Bégadan avec deux hectares de vigne, Jean Guyon dirige actuellement les 192 ha et 1,2 million de cols des domaines Rollan de By (dont deux autres crus bourgeois : château la Clare et Tour Séran).

 

* : Lors des dernières foires aux vins, « Rollan de By était en une du catalogue Carrefour. Nous avons vendu 250 000 bouteilles en une semaine grâce à nos efforts commerciaux et au geste du distributeur » affirme Jean Guyon.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
VOS RÉACTIONS
Ipi Le 15 novembre 2019 à 18:58:05
Une nouvelle tendance s’installe dans des vignobles d’importance: sortir des labels et appellations. On peut comme autre exemple citer le domaine Daguenau, une référence en Pouilly- Fume qui produit désormais en Vin de France. L’explication est assez simple: les vignerons ne sont pas en mesure d’assurer la continuité de leurs références auprès de leurs clients professionnels tant les résultats des labels sont devenus aléatoires et parfois incompréhensibles. Il n’est plus rare de voir un refus de label sur des cuvées saluée par la critique ou distinguées par la sommellerie. Les conditions de dégustation sont opaques et les critères souvent subjectifs. Enfin et bien malheureusement, les vins technologiques deviennent une référence implicite de beaucoup de dégustateurs habitués à travailler sur des marchés de masse.... Face à des clients professionnels de plus en plus irrités par ces aléas administratifs, il y a fort à parier que de plus en plus de vignerons se tourneront vers l’option Vins de France, seule voie pour défendre les vins de terroir et de vignerons.....
InVinoVeritas Le 12 novembre 2019 à 22:04:20
Eh ben OUI, mon pov' Jeannot ! Quand on déguste à l'aveugle, avec des professionnels, ça change des dégustations convenues des pitres de la presse, qui marchent au bacshish
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé