LE FIL

Hors vins effervescents et en vrac

Le prix des vins français augmenterait de 30 % sur le marché américain

Jeudi 03 octobre 2019 par Bertrand Collard
Article mis à jour le 04/10/2019 08:33:55

« Toutes les régions françaises seront touchées car elles exportent toutes aux Etats-Unis » prévient Antoine Leccia (à gauche), ce 3 octobre aux côtés du négociant bourguignon Louis-Fabrice Latour.
« Toutes les régions françaises seront touchées car elles exportent toutes aux Etats-Unis » prévient Antoine Leccia (à gauche), ce 3 octobre aux côtés du négociant bourguignon Louis-Fabrice Latour. - crédit photo : Bertrand Collard (La Vigne)
Pris de court par les mesures de rétorsion des Etats-Unis, les opérateurs de France font le point à chaud sur les conséquences de cette future distorsion de concurrence.

« Nous nous en remettons à l’intelligence des parties pour trouver une solution à ce désaccord » avoue Nicolas Ozanam, délégué général de la Fédération des Exportateurs de Vins et Spiritueux (FEVS), ce 3 octobre, moins de 24 heures après l’annonce par le gouvernement américain qu’il se préparait à taxer à hauteur de 25 % les vins français tranquilles et embouteillés (voir encadré). Que faire d’autre, en effet ? Pour convaincre le gouvernement de l’impact qu’aurait une telle mesure sur notre filière, la fédération a pris la parole sans délai.

"Toutes les régions seront touchées"

« Nous ne sommes pas du tout concernés par l’origine de ce litige qui date de 2004 et qui tient à des aides à l’export accordées à Airbus », a commencé par plaider Antoine Leccia, président de la FEVS. Puis il a rappelé que le marché américain est le premier marché export des vins français, représentant 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier et en croissance de 15 % à fin juin en volume. « Avec 25 % de taxe sur la valeur de nos produits au départ, le prix moyen de nos vins au détail va augmenter de 30 %. Toutes les régions françaises seront touchées, car elles exportent toutes aux Etats-Unis » poursuit Antoine Leccia. Les exportateurs redoutent donc de voir leurs ventes baisser d’autant, car les vins italiens ne sont pas touchés, ni ceux du Nouveau Monde.

Baisser les marges ?

Pour amortir le choc, les exportateurs envisagent de réduire leurs marges du moins dans un premier temps. Ce qu’ils redoutent plus que tout, c’est de perdre des parts de marché, car il sera difficile de les reconquérir. Dans cette période d’incertitude, les exportateurs se rassurent en remarquant qu’il n’y a pas de sentiment anti-français aux Etats-Unis, ni d’hostilité à l’égard de nos vins.

Pour le moment, le gouvernement américain n’a pris aucune décision. C’est le 2 octobre en fin d’après-midi à Washington qu’il a annoncé ses intentions tout en appelant les Européens à la négociation. Faute d’accord la taxe de 25 % sur les vins entrera en application le 18 octobre.

Les vins touchés, et exemptés, par la hausse des taxes américaines :

Seront concernés dès ce 18 octobre par des droits douaniers supplémentaires de 25% (sur la valeur des produits lors de leur dédouanement) les vins tranquilles exportés en bouteilles (dans un contenant inférieur ou égal à 2 litres) et présentant un degré d’alcool inférieur ou égal à 14 % vol. En conséquence, "les vins tranquilles supérieurs à 14 %, les vins conditionnés en vrac ainsi que les vins mousseux ne sont pas concernés par cette mesure" précise la FEVS.

RÉAGISSEZ A L'ARTICLE

Recopier le code :
Processing
Voir toutes les réactions
© Vitisphere 2019 - Tout droit réservé