Accueil / Politique / Parempuyre prend un arrêté interdisant les pesticides

ZNT de 100 m
Parempuyre prend un arrêté interdisant les pesticides

Une première en Gironde : la commune de Parempuyre vient de prendre un arrêté municipal interdisant l'utilisation de pesticides à moins de 100 mètres de toute habitation ou espace public. La préfecture a deux mois pour réagir.
Par Colette Goinère Le 28 août 2019
Lire plus tard
Partage tweeter facebook linkedin
Parempuyre prend un arrêté interdisant les pesticides
Béatrice de François, maire de Parempyre - crédit photo : DR
O

n ne peut pas le louper. L’arrêté municipal pris le 21 août par Béatrice de François, la maire PS de Parampuyre, figure en bonne place sur la page d’accueil du site de la mairie de cette commune girondine de 8500 habitants, aux portes du Médoc.

Désormais l’utilisation de produits phytos est « formellement interdite dans un périmètre situé à moins de 100 mètres de toute habitation ou espace public ». A l’intérieur de ce périmètre, seules sont autorisées « les préparations naturelles peu préoccupantes ». L’arrêté ne vise pas que les viticulteurs. En ligne de mire : les bailleurs sociaux qui, pour certains, utilisent des sociétés privées chargés des espaces verts, qui emploient des produits de synthèse.

La commune qui compte deux propriétés viticoles, château Clément Pichon et château Ségur, rejoint le combat du maire de Langouët qui a pris le 18 mai dernier un arrêté interdisant l’utilisation de produits phytos à moins de 150 mètres des habitations. Un arrêté attaqué par la préfète d’Ile et Vilaine devant le tribunal administratif.

La démarche de Beatrice de François, n’est pas nouvelle. En janvier dernier, elle avait présenté un premier arrêté qui avait été retoqué.

Pas contre
les viticulteurs

« Il y a des années que je milite pour une démarche globale environnementale. Ce texte n’est pas contre les viticulteurs. L’objectif est d’alerter l’Etat afin qu’il aide le monde agricole et que soient supprimés ces produits de synthèse. J’attends du président de la République qu’il revienne sur la prolongation du glyphosate et que des financements soient accordés pour la conversion en bio », répète Béatrice de François.

La préfecture a deux mois pour réagir. En attendant Beatrice de François va envoyer son arrêté aux 28 maires de Bordeaux métropole, histoire de les convaincre de rejoindre son combat.

Des parents en soutien

Déjà, elle peut compter sur le soutien du collectif de parents d’élèves de la commune (fort d’une centaine d’adhérents) qui s’était mobilisé contre la construction d‘un collège face aux vignes du château Clément Pichon.

Ludovic Coutant, à la tête du collectif, ne cache pas sa satisfaction : « Nous avons mis la pression sur la maire de Parempuyre, en l’incitant à prendre exemple sur la commune de Langouët. Elle l’a fait. C’est honorable », lâche-t-il. Et d’ajouter : « Nous la soutiendrons dans ce combat ».

Partage Twitter facebook linkedin
Tous les commentaires (8)
Baraud Le 07 septembre 2019 à 00:41:35
J’espère bien que ces maires vont vraiment interdire les pesticides sur toute la commune car si les médicaments des plantes sont nocifs il va falloir sérieusement interdire les médicaments pour les humains,les chats et les chien( et oui ils sont fabriqués par Monsanto /Bayer),ainsi que tout les cosmétiques,lessives,et produits ménagers autrement plus cancérigènes !!! Qu’attendent ces maires pour faire fermer les pharmacies,et les magasins vendant ces produits autrement toxiques pour l’être humain
Signaler ce contenu comme inapproprié
KRESS Le 06 septembre 2019 à 10:37:11
Si la distance respectable veut s'imposer; Le manque à gagner de cette surface improductive peut se calculer facilement. Et donc faire participer aux frais ceux qui veulent tirer proffit de cette manoeuvre ! Il en est de même pour les épandages de boues de station d'épuration: qui au lieu de les détruires ou les sècher, disent"On ne cré pas, on transforment et on les assainient en eaux clairs et boues. Mais les taxes d'assainissements ne prévoient t'elles pas de subventionner l'épandage de ces résidus chargés en métaux lourd que l'on retrouve après la récolte des céréales à l'analyse et empêchant la vente à l'export dans les grands pays selon leur teneur... Donc la répartition des taxes utilitaires reste à revoir ! AK.
Signaler ce contenu comme inapproprié
Gaby Reg Le 31 août 2019 à 09:39:33
Connaissant le coin et le personnage c'est pas pour l'écologie qu'elle fait ca, c'est pour urbaniser les zones à proximité et mettre un stade et de nouveaux immeubles ... la politique est pourrie
Signaler ce contenu comme inapproprié
jojo Le 30 août 2019 à 16:51:17
définition d' un pesticide?médicament de la plante.certain produit naturel sont plus dangereux que des produits de synthèse (le cuivre est déjà interdit en hollande et au Danemark quant a l'uranium produit naturel...)toutes ces personne qui veulent interdire ces produits souvent moins dangereux devraient déjà demander a leur médecin de les soigner seulement avec des produits naturel!!les nappes phréatique sont pourrit du rejet de ces substances souvent utilisé a tord. Les agriculteur français sont les plus propre au monde et les plus respectueux de l'environnement sans pesticide ou médicament pas de nourriture!!!
Signaler ce contenu comme inapproprié
Moymoy Le 30 août 2019 à 15:59:40
Bravo Madame le maire ! C'est une marque de respect vis à vis de votre population. Espérons que vous serez suivie dans votre engagement par d'autres édiles car vous semblez rechercher une solution à la fois vivable pour les habitants et professionnels de la vigne, mais qui tient aussi compte des réalités des producteurs. C'est ce qu'il faut faire pour pousser l'Etat à accompagner plus et mieux les viticulteurs dans leur transition écologique, ceci pour continuer à pouvoir produire en France nos grands vins que nous aimons tant.
Signaler ce contenu comme inapproprié
joseph Le 30 août 2019 à 14:31:04
lorsque 20% des maires de France auront les c.......s pour pondre de tels arretés , le president comprendra peut etre ( pas sur) que 98.5% de la population en a marre que le monde agricole et viticole nous abreuve de pesticides , herbicides , engrais , perturbateurs endocriniens dans les épandages .
Signaler ce contenu comme inapproprié
MG Le 29 août 2019 à 16:51:46
Je ne voit pas en quoi Mme le maire ou son collègue breton ont la moindre expertise dans ce domaine. La fonction de maire donne un pouvoir de police mais en aucun cas une équivalence d' ingénieur. D'ailleurs, l'un a choisi 100 mètres et l'autre 150 mètres ; qui a raison, qui à tord ?
Signaler ce contenu comme inapproprié
bourvil Le 29 août 2019 à 09:44:09
Le même sort sera réservé à Madame le maire qu'a son collègue breton et elle n'aura plus les yeux que pour pleurer. C'est malheureux mais sait ainsi. Le président à déclaré qu'il soutenait les préfets(tes) face à la loi. Point!!!!
Signaler ce contenu comme inapproprié
© Vitisphere 2021 - Tout droit réservé